L’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot

Jean-Louis Bosc                                                                                                                                                         CEMM – Université Montpellier 3

Sur l’illustration ci-dessous (tirée du Eb 156 in-4) figure, en haut, ce qui est d’ordinaire considéré comme l’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot (1687-1775). Ce médecin, originaire de Montpellier, y enseigna au sein de l’Université de médecine avant d’en devenir le doyen.

1

On trouve cet ex-libris collé sur tous les contre-plats supérieurs des ouvrages ayant appartenu à Henri Haguenot et ayant constitué le fonds initial de la bibliothèque de médecine de Montpellier. Une conservation déficiente et plusieurs épisodes malheureux, notamment les émeutes de 1494, avaient laissé au XVIIIe siècle l’Université dépourvue de bibliothèque. Aussi, en 1767, Haguenot avait-il fait don de sa bibliothèque à l’hôpital Saint-Éloi pour qu’elle soit mise à disposition des étudiants en médecine ; c’est cette bibliothèque qui constituera en 1794 l’amorce de celle de la nouvelle École de Santé, actuel fonds ancien de la BIU Médecine.

Le catalogue imprimé de cette bibliothèque de l’hôpital Saint-Éloi, daté de 1770, contient sous les rubriques proprement médicales, soit 4/5 du catalogue[i], 669 titres[ii] dont 537 pour lesquels les ouvrages correspondant ont été conservés. Parmi ces derniers, 431 correspondent à des ouvrages portant ce premier ex-libris, à savoir le fonds Haguenot s.s., le reste correspondant à des ouvrages donnés par Jean-Baptiste-Antoine Rast de Maupas (98 titres) et des ouvrages issus de provenances autres (8 titres). Mais tous les ouvrages correspondant aux 537 titres portent un second ex-libris imprimé, celui qui figure en bas de l’illustration. Sa légende « Ex bib. Haguenotiana in nosoc. monsp. deposita » surmonte, à gauche, l’écu qui est au centre du premier ex-libris et, à droite, un autre écu portant les armoiries de Montpellier et entouré par la légende « Hotel Dieu St Eloy de Montp. »

Cet ex-libris est postérieur au premier, puisque souvent le chevauchant. Sa présence sur 1050 titres médicaux de l’actuel fonds ancien de la BIU Médecine témoigne qu’il était vraiment l’ex-libris, l’ex-bibliotheca, de cette bibliothèque de l’hôpital Saint-Éloi, baptisée « Haguenotiana » en l’honneur de son fondateur.

Le premier ex-libris imprimé était-il pour autant l’ex-libris d’Henri Haguenot ?

Nous avons vu que le second ex-libris, l’ex-bibliotheca Haguenotiana-Hôtel Dieu Saint-Éloi, reprenait l’écu du premier ex-libris. Il est difficile – même si l’on ne peut l’exclure – d’y voir un écu armorié d’Henri Haguenot, puisque de telles armoiries ne sont pas documentées et que rien n’y semble renvoyer à ce personnage ou à son nom. Par ailleurs, par le fait qu’il comporte un globe terrestre au pied ceinturé d’une couronne, il pourrait renvoyer au statut d’Henri Haguenot de membre, depuis sa fondation en 1706, de la Société Royale des Sciences de Montpellier qui tint ses séances pendant 15 ans à l’hôtel Haguenot et fit figurer plus tard au fronton de son siège, au 31 rue de l’Aiguillerie, deux globes terrestres. Dans ce premier ex-libris, en dessous de l’écu, se trouvent des livres et un caducée qui renvoient bien à la bibliothèque du médecin Haguenot ; et, au-dessus, une couronne qui pourrait renvoyer encore à la Société Royale des Sciences. Nous y reviendrons.

Les ouvrages portant le premier ex-libris imprimé (et donc aussi le second) portent souvent par ailleurs (en page de titre souvent) un ex-libris manuscrit d’Henri Haguenot bien caractéristique, constitué d’une signature ou de celle-ci précédée d’« ex libris » ou encore, sur 10 in-folio, précédée d’« ex dono ».

2

Cet « ex dono » (ci-dessus celui du Ef 8 in-fol), rédigé de la main de Haguenot, témoigne d’une chose : Henri Haguenot a fait don de ces ouvrages – ouvrages insignes dont il voulait peut-être souligner le don – à un fonds autre que sa bibliothèque personnelle, mais sur lequel il gardait la haute main puisqu’il nota lui-même cet ex-dono. C’est pour ce fonds qu’a été imprimé le premier ex-libris.

Quant à l’ex-libris manuscrit, présent sur une quarantaine d’ouvrages, il serait le seul ex-libris d’Henri Haguenot.

Quelle est donc la signification du premier ex-libris imprimé ?

Le fonds pour lequel a été imprimé le premier ex-libris pourrait n’être pas celui de l’hôpital Saint-Éloi. Avant de se déterminer pour cette destination, Henri Haguenot avait envisagé en 1760 de faire don de sa bibliothèque à la Société Royale des Sciences de Montpellier. Il n’est pas impossible que ce premier ex-libris représente les armoiries de cette société ou, à tout le moins, les armoiries qu’Henri Haguenot avait voulu, en tant que membre de cette société,  faire figurer sur les ouvrages issus de sa bibliothèque. Ainsi, si le second ex-libris imprimé est celui de la bibliotheca Haguenotiana-Hôtel Dieu Saint-Éloi, le premier est celui de la première bibliotheca Haguenotiana qu’a constituée sa donation.♦


[i] Rubriques « Atomici », « Physiologici, historici medici », « Pathologici, clinici, commentatores, hygiastici », « Auctores de materia medica, pharmacia, chemia » et « Chirurgici », à l’exclusion des rubriques « Historici naturales, botanici », « Philosophi, phisici, academici » et « Lexicographi ».

[ii] « Titre », au sens où je l’utilise, peut renvoyer à plusieurs volumes ou même, dans le cas d’un recueil, à plusieurs titres. À quelques exceptions près, en fait, je fais correspondre un « titre » à une cote.


1 réflexion sur « L’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot »

  1. It’s hard to find well informed individuals on this issue,
    but you sound like you comprehend what you’re talking about!
    Thanks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.