Notes succinctes à propos des Curieuses recherches sur les Escholes en médecine de Paris et de Montpellier (Paris 1651), de Jean Riolan fils, pour rappeler les principaux sujets de dissension entre les deux universités

Nicole Buresi[1]

Ces Curieuses Recherches de Jean Riolan fils « répondent »[2] au discours prononcé sept ans plus tôt, à l’occasion de l’inauguration des études, le 21 octobre 1644, par Siméon Courtaud, doyen de la Faculté de médecine Montpelliéraine.

Le discours de Courtaud[3], Monspeliensis Medicorum Universitas Oratio, prenait la défense de l’œuvre de Théophraste Renaudot, étudiant puis docteur de cette institution et, au-delà, de l’institution elle-même. Il répondait point par point aux arguments du doyen parisien Michel de la Vigne, de l’avocat de la Faculté, Chenuot et de l’avocat général au Parlement de Paris Omer Talon, qui avaient fait condamner le célèbre gazetier et médecin du roi.

Riolan s’en prend d’entrée de jeu à Renaudot, bête noire de la faculté parisienne à qui un arrêt du Parlement a interdit le 1e mars 1644 d’exercer la médecine. Pourquoi cette haine ? 

Parce qu’il serait coupable d’avoir semé la zizanie entre les deux Facultés :

Enfin Théophraste Renaudot a donc fait par ses poursuites, écritures et chicaneries […] réussir son grand dessein et chef-d’œuvre qui était d’attirer dans son parti l’école de Montpellier et de nous mettre les uns contre les autres […] particulièrement dans la Ville de Paris où il aurait entrepris de brouiller et détruire totalement la vraie médecine pour y introduire celle de Théophraste Paracelse, son bon maître qu’il faisait enseigner dans son Bureau d’Adresse, assisté d’une troupe de jeunes gens soi-disant médecins de Montpellier qui déclamaient par médisance et calomnies contre les médecins de Paris […][4] (p. 15).

Dès le départ est posé le fond de la brouille : l’opposition entre « la vraie médecine », selon Riolan, c’est-à-dire la médecine traditionnelle essentiellement galénique, et la médecine moderne, hasardeuse et nocive à ses yeux, impulsée par Paracelse, médecine (al)chimique qui incluait les dérivés métalliques, tels que le mercure pour soigner la syphilis et surtout l’antimoine comme purgatif. Guy Patin, le protégé de Riolan et futur doyen de la faculté parisienne, appelait même Renaudot « Théophraste Paracelse » ou encore « Cacophraste », surnom donné au médecin suisse par ses confrères de Bâle. L’usage de l’antimoine, interdit en France par le Parlement depuis 1566, considéré comme un « poison » ne sera autorisé à nouveau qu’en 1666, au terme de la très célèbre « guerre de l’antimoine », « guerre de cent ans » qui opposa les deux universités jusqu’à la guérison « miraculeuse » de Louis XIV en 1658. L’antimoine, en réalité avait déjà un usage externe dès l’Antiquité et au Moyen-Âge dans la médecine arabe, mais c’est Paracelse qui, au XVIe siècle, en a préconisé l’usage interne sous forme de « potion stibiée ». L’antimoine était un métalloïde censé purifier les métaux, les animaux et les êtres humains. Proche de l’arsenic et mal dosé, il pouvait tuer[5], Paracelse le savait bien qui disait : « tout est poison, rien n’est sans poison » ; mais utilisé à bon escient, il fournissait une alternative à la saignée à laquelle les médecins parisiens étaient beaucoup plus attachés que les Montpelliérains et dont Riolan prend ici vigoureusement la défense (p. 232 sqq.).

La faculté parisienne, apôtre de la médecine galénique, était en général peu encline aux innovations, arc-boutée sur les clystères, les saignées et l’enseignement en latin. Elle manifestera sa rigidité à d’autres occasions, notamment lors de la querelle sur la circulation du sang avec des déclarations fracassantes telles que : « Je préfère me tromper avec Galien que de suivre dans sa circulation un charlatan comme Harvey »[6]. S’adressant à Harvey, Riolan[7] écrit : « Je loue ta découverte de la circulation, mais avec ton indulgence, je dirai que tu proposes de nombreuses sottises et de nombreuses erreurs »[8]. À l’occasion de cette querelle, Renaudot, médecin « moderne », sera traité de « circulator », c’est-dire à la fois « charlatan » et « défenseur de Harvey » par ses confrères parisiens, Guy Patin en tête.

Mais ce que Riolan lui reproche surtout dans ses Curieuses Recherches, c’est d’avoir exercé la médecine à Paris, alors qu’il n’était pas docteur de cette faculté. Théoriquement, il avait raison, mais en réalité les médecins Montpelliérains avaient obtenu des papes l’autorisation d’exercer Hic et ubique terrarum, c’est-à dire partout. Par ailleurs Louis XIII l’ayant nommé « médecin du roi », ce titre seul donnait à Renaudot le droit d’exercer dans la capitale. Il ne s’en est pas privé et son œuvre en faveur des pauvres, cette œuvre qu’il a pu réaliser parce que le roi l’avait fait nommer Commissaire Général des pauvres du royaume – son célèbre Bureau d’Adresse qu’il aurait voulu étendre à toute la France, ses « ventes à grâce », ses Consultations charitables, l’introduction du Mont-de-Piété… – lui attirait la sympathie et l’estime du peuple et, bien sûr, la jalousie de ses confrères parisiens. Aux yeux de Riolan l’interdiction d’exercer qui lui est faite après la mort de ses protecteurs, Richelieu et Louis XIII est donc parfaitement légitime : son comportement lui a valu un juste châtiment. Pourquoi avoir voulu exercer à Paris, en bénéficiant de Privilèges indus ? Quant à son défenseur, le doyen Courtaud, sa parole est discréditée parce que c’est un plaidoyer pro-domo donc partial et que son auteur ne vaudrait pas mieux que son protégé : neveu de Jean Hérouard, 1er médecin du roi, Simeon Courtaud n’aurait été nommé à Montpellier que parce que son oncle, qui lui avait d’abord fait obtenir la charge rentable de « médecin par quartier[9] », se serait ensuite « débarrassé » de lui…

Nulle part, écrit-il, on ne voit de docteurs d’une faculté exercer dans une autre ville, pourquoi cette exception en faveur de Renaudot et de sa « compagnie », « étrangère » à la ville ? Les Montpelliérains eux-mêmes ne dérogent pas à cette règle chez eux et font repasser les diplômes à ceux qui les ont acquis ailleurs et veulent ensuite exercer dans leur ville. La faveur faite aux médecins montpelliérains lui semble d’autant plus scandaleuse que les conceptions de la médecine à Paris et à Montpellier sont irréconciliables[10] :

« Notre plus grand crime c’est d’avoir empêché que tous ces jeunes gens tout fraîchement forgés Docteurs à Montpellier ne demeurassent en notre ville, et là former école contre la nôtre qui est ‘dresser autel contre autel’, à la ruine de la vie de nos concitoyens. Les Ordonnances de nos rois, les arrêts de la Cour de Parlement, la coutume ancienne de plus de 500 ans nous ont donné ces Privilèges. Pourquoi donc endurerons-nous que de jeunes gens présomptueux, ignorants, malicieux nous viennent braver jusque dans nos maisons ? Qu’ils publient partout que nous sommes des ignorants en médecine, Que nous faisons mourir les malades par la saignée, et par nos médecines puantes et horribles.

Pour se maintenir contre nous ils ont rencontré pour chef et protecteur Théophraste Renaudot lequel s’attribuant la qualité de Commissaire Général des Pauvres dans toute la France, par Lettres patentes du Roi, a voulu établir dans Paris une compagnie de médecins en tel nombre qu’il l’eut désiré laquelle s’est accrue jusques à plusieurs médecins, tels quels pour l’assister au traitement des pauvres qu’il prétendait faire charitablement […] » (p. 17-18).

En somme ce que formule Riolan, c’est que ces médecins montpelliérains représentaient une menace pour l’université parisienne. Renaudot, entouré de ses confrères appelés en renfort pour réaliser son œuvre, n’a-t-il pas aussi voulu rénover en profondeur l’enseignement parisien ? Il avait en effet eu le projet de créer une nouvelle université adossée à un hôpital où la clinique se serait développée. À Montpellier elle l’était beaucoup plus qu’à Paris, ne serait-ce que dans le cursus universitaire. Les étudiants suivaient le maître au chevet des malades, faisaient un stage obligatoire de pratique dans un hôpital pour valider leurs diplômes et le ratio d’étudiant par malade à Montpellier était largement supérieur à celui de l’Hôtel-Dieu. Là, il n’est que d’un ou deux étudiants pour 1200 ou 1300 malades[11]. Non seulement, les étudiants montpelliérains bénéficiaient depuis Rondelet en 1556 d’un théâtre anatomique pour assister aux dissections, mais à l’hôpital, ils devaient apprendre à observer concrètement et définir les remèdes à apporter. C’est justement ce que Renaudot voudra réaliser, en créant son « hostel des Consultations Charitables ». Le roi lui avait accordé un terrain pour ce faire : Riolan se plaint donc que Renaudot ait eu l’intention de diriger les enseignements, de sorte que, selon lui, si on l’avait laissé faire, il aurait fini par détruire aussi bien l’Université parisienne que la Montpelliéraine… D’ailleurs admettre un grand nombre de médecins « étrangers » (i.e. étrangers à Paris), ce serait « détruire l’Université, réduire la médecine en charlatanerie et brigandage. Chacun [faisant] la médecine à sa mode, sans règle, discipline et correction ».

Riolan se plaint aussi de ce que Courtaud ait osé prétendre que la faculté de Montpellier était plus ancienne que la parisienne. Il est pourtant exact que les statuts octroyés par le Cardinal Conrad, légat du pape Honorius III datant du 17 août 1220, ont signé la naissance juridique de l’« Universatis Medicorum Monspelliensis ». À Paris est organisée en 1215 par le Pape Innocent III, sous le règne de Philippe-Auguste, une université initialement dédiée à la théologie et aux Arts, mais la faculté de médecine n’est individualisée qu’en 1274.

 La Montpelliéraine est donc la plus ancienne de ce point de vue, même si la médecine se pratiquait et s’enseignait depuis l’Antiquité là et ailleurs, sans cadre juridique strict, à Salerne, à Paris, ou un peu partout sous la houlette des médecins juifs et arabes. À partir de 1220, sous l’égide de l’Évêque de Maguelone, l’Universitas medicorum de Montpellier garantissait désormais les diplômes, ce qui remettait de l’ordre par rapport à l’édit de Guilhem VIII, antérieur de 40 ans, qui permettait à tout un chacun d’ouvrir une école de médecine.

L’Oratio de Courtaud rappelait cette antériorité dans un style pompeux propre à irriter les confrèes parisiens :

« J’existais donc avant toi, ô vénérable Parisienne, et tu es née de mon sang : je suis donc ta mère, et tu viens de mon sang. J’existais avant toi, et tes pères ont connu et senti mes mains venir au secours de leur impuissance, avant qu’ils n’eussent songé à la volupté de t’engendrer. {a} Vous erriez sans toit, dansant avec ardeur par les carrefours de la cité, pendant que la nôtre fleurissait et que, profondément apaisée par les bienfaits des grands, elle prenait soin du salut public » (p. 14)[12].

Blessé sur le fond et humilié par la forme, l’ombrageux Riolan a qualifié cette Oratio de « déclamation la plus scandaleuse et injurieuse contre des hommes de même profession » et contesté l’exactitude historique de ces propos :

« Voilà les roueries et folies d’un homme insensé qui mériterait plutôt d’être étrillé en chien Courtaud[13] […] que d’être admonesté de la folie, d’autant qu’il n’a pas le jugement ni la raison de comprendre la répartie qu’on lui pourrait faire » (p. 13).

Par cette amabilité, il rendait la monnaie de sa pièce à Courtaud qui l’avait traité de sénile et débile[14].

Après de fastidieuses rectifications historiques, Riolan écrit que les longs rappels faits par le doyen montpelliérain des bulles papales et autres privilèges royaux concédés à Montpellier depuis 1220, n’avaient d’autre objectif que d’affirmer abusivement la supériorité de cette faculté et de rappeler l’autorisation d’exercer « hic et ubique terrarum » accordée aux médecins issus de Montpellier. Courtaud avait affirmé que « les plus savants de l’Europe ont toujours enseigné dans cette Échole », bien qu’ils ne soient que six (les six régents), et qu’ils étaient « les plus savants » et « expérimentés » de l’Europe. Et Riolan d’ironiser : Courtaud ne peut pas être à la fois juge et partie. Ses affirmations sont forcément suspectes…

Par ailleurs il accuse les médecins montpelliérains de cupidité et d’incompétence. Cupidité en rappelant entre autres un épisode[15] raconté par saint Bernard dans une lettre de 1158 : l’histoire d’Héraclius de Montboissier, archevêque de Lyon qui, étant tombé malade en allant en pèlerinage à Saint-Gilles, poursuivit jusqu’à Montpellier où il dépensa entre les mains des médecins « ce qu’il avait et même ce qu’il n’avait pas » (p. 79). C’est aussi, au passage, notre Renaudot qui est visé, accusé de s’être enrichi avec ses institutions humanitaires, le Bureau d’Adresse, le Mont de piété et autres ventes à grâce et les Consultations Charitables, en pratiquant la médecine « la boîte à la main »[16]. Pour l’incompétence, Riolan s’appuie par exemple sur le témoignage de Gilles de Corbeil, auteur du De urinis qui fit ses études à Salerne, au XIIe siècle, avant de venir à Montpellier où une violente altercation avec les médecins du lieu lui valut une volée de coups.

Il va jusqu’à contester même que les Montpelliérains aient été très souvent médecins des rois et des papes, à cause de leur bonne réputation, un fait pourtant avéré…

Il en profite pour affirmer, quant à lui, la supériorité de l’université parisienne du fait que les études de médecine y duraient, dit-il, bien plus longtemps qu’à Montpellier (p. 133 sqq.). Comment s’étonner de leur ignorance alors qu’ils se vantent d’être formés par les médecins juifs et arabes que Riolan ne tient pas en grande estime :

Je vous prie de ne vous point glorifier de vos anciens maîtres Arabes, Juifs et Mahométans, autrement je vous reprocherais avec Campegius que votre école est mahométane, puisque vous voulez que ce soient eux qui l’aient formée et fondée.

[…] Si nous croyons Fernel que vous aurez pour suspect, étant de notre compagnie, les Arabes ont corrompu notre médecine ; ils ont plutôt formé des apothicaires ou charlatans que de vrais médecins […] Après cela vantez-vous de la médecine des arabes que vous possédez absolument. Je dis plus, qu’étant ennemis des Chrétiens plutôt par malice que par ignorance, ils nous ont gâté la médecine, et l’ont très mal décrite, pour nous faire mourir (p. 98-99).

Du reste, il considère les montpelliérains pour des ignorants qui font dans leurs textes latins quantité de solécismes du fait de la brièveté de leurs études, contrairement aux préconisations d’Hippocrate : « l’art est long… ». Et Courtaud a eu l’audace de décréter son université « la plus savante de l’Europe », et celle de Paris « la plus ignorante » ! « Calomnie horrible qui mériterait châtiment » ! Les Montpelliérains – qui ont pourtant créé le premier Jardin des Plantes -ne connaissent selon lui,pas grand chose à la botanique, et n’ont « rien écrit les premiers en anatomie ou en chirurgie » !

Par ailleurs, leur faculté serait inconséquente : comment une école qui exclut les arts mécaniques, peut-elle admettre la chimie ? N’oublions pas que Renaudot avait obtenu le privilège de « tenir fourneaux », c’est-dire un laboratoire où il fabriquait ses remèdes. Là-dessus, Riolan enchaîne sur l’antimoine, la médecine chimique et en revient par ce biais à sa bête noire, pour se plaindre de ce que Renaudot ait pratiqué des « métiers infâmes[17] :

Il exerçait dans son Bureau d’Adresse un métier infâme qui est l’usure et autres trafics de toute sorte de marchandise, sous prétexte de vente à grâce : ce faisant il a dérogé à la qualité de docteur en médecine de Montpellier, et ne la peut retenir légitimement.

C’est indigne d’un médecin respectable. Et lui-même l’avait reconnu, en permettant à ses fils « de renoncer par serment et par écrit devant notaire, au métier [de leur] père sous peine d’être « rejetés de l’École ». Mais il n’avait pas tenu parole…

Pour conclure ce billet, à tout saigneur tout honneur, j’emprunterai tout de même à Riolan fils une parole sage :

Je voudrais qu’au lieu de rechercher l’Antiquité et l’estime qu’ont fait les papes et les rois des Académies de Paris et de Montpellier, on recherche en quoi elles ont excellé, ce qu’elles ont produit de leur invention, quel profit elles ont apporté au public… (p. 220).

Que ne le disait-il plus tôt !


[1] Nicole Buresi est agrégée de Lettres, auteure du roman historique Le Testament secret de Théophraste Renaudot, (ed L.C. janvier 2020) et de son pendant pour la jeunesse : Théophraste Renaudot raconté aux enfants (ed. L.C. 2021).
[2] Ce discours avait provoqué d’autres réactions plus « à chaud », notamment celle de Guy Patin, l’ennemi juré de Renaudot.
[3] Simeon Courtaud (1583-1664) est le successeur de Jacques Pradilles comme médecin régent en 1620 et doyen de la faculté de médecine de Montpellier depuis 1637.
[4] Orthographe modernisée dans toutes les citations.
[5] Il entrait dans la composition d’un fard appelé stem, dont il tirerait son nom, stem donnant naissance à ithmid chez les Arabes puis à Athmond, d’où les Latins auraient tiré Antimonium. Hippocrate l’aurait utilisé sous le nom de tétragone, plus connu sous celui de fusain, mentionné par Théophraste... mais son nom « anti-moine » vient peut-être de ce qu’il aurait tué les moines à qui Basile Valentin, le moine bénédictin et alchimiste, l’avait administré. 
[6] Cité par le Professeur Jean-Noël Fabiani, dans son ouvrage : Trente histoires insolites qui ont fait la médecine. L’auteur est chef de service à l'Hôpital Européen Georges-Pompidou à Paris, où il dirige le département de chirurgie cardio-vasculaire, et professeur à l'université Paris-Descartes. Il a été chargé de l'enseignement de l'Histoire de la médecine pendant dix ans à la Faculté.
[7] Pourtant considéré en son temps comme « le prince des anatomistes »
[8] Voir note 6. Cela confirme le portrait de Riolan que nous livre Kurt Sprengel, dans son Histoire de la médecine depuis son origine jusqu’au XIXe siècle, t.IV (Paris, Déterville-Desoer, 1815), p112 : « Enfin parut en 1645 le plus violent et le plus célèbre de tous les antagonistes de la circulation du sang, le seul aussi qui ait pu se glorifier d’avoir été honoré d’une réponse par Harvey. C’est Jean Riolan, homme grossier, querelleur et sans modestie, que tous les médecins et anatomistes du temps craignaient et détestaient malgré son érudition, parce qu’il déclarait une guerre interminable à quiconque refusait de croire à l’infaillibilité de ses assertions ». Cité par Adeline Gasnier dans un article très intéressant qui montre une facette totalement inattendue du personnage : il aurait été privé d’émoluments pendant 2 ans à cause de ses activités d’alchimiste, « parce qu’en enseignant la pharmacie aux élèves apothicaires, il leur proposa quelques théorèmes, pour qu’ils choisissent, préparent et mélangent mieux ces médicaments. » (Adeline Gasnier,  Centre d’études supérieures de la Renaissance, 59, rue Néricault-Destouches, BP 11328, 37013 Tours Cedex) article paru dans la Revue d’Histoire des sciences Tome 66-1, janvier-juin 2013, p 199-211)
[9] « Huit médecins par quartier, nommés par brevet du roi, se relayent deux par deux à chaque trimestre. […] Les médecins par quartier reçoivent 1200 livres de gages et 273 livres de livrées. Leur tour venu, ils se trouvent au lever, au coucher, au repas du roi et au toucher des écrouelles, dans ce dernier cas, cinq fois par an. [Ils] ont auparavant fait le tri entre les malades, afin d’écarter les simulateurs espérant bénéficier de l’aumône rituelle de deux sous, et les malades atteints de maux contagieux. Les médecins par quartier reçoivent pour chaque touché des écrouelles une gratification de dix-sept livres neuf sols et des avantages en nature (une douzaine de pains, deux quartes de vin de table, six pièces de gibier piquées).

Cette charge est intéressante car elle n’entrave pas la poursuite d’une carrière libérale. En effet, le médecin n’est sollicité qu’à une époque très précise de l’année, au demeurant suffisamment longue pour pouvoir mener des traitements s’inscrivant dans la durée et en constater le bénéfice. Le médecin n’est pas obligé de résider à la cour, exception faite du temps de son service. Chaque mardi, durant leurs quartiers, les médecins délivrent des consultations gratuites au Louvre pendant deux heures. Ils travaillent en binôme ce qui permet à certains d’intervenir avec un membre de leur famille », Isabelle Coquillard (« La cour, un pôle d’attraction et un lieu de concurrence pour les docteurs régents de la faculté de médecine de Paris au XVIIIe siècle », p. 29, https://www.biusante.parisdescartes.fr/ressources/pdf/histmed-cour-de-france-actes2017-02coquillard.pdf.
[10] ... et que ces médecins sont en général huguenots.

[11] Article LXI des statuts de la faculté de Paris (cf A. Lunel, La Maison médicale du roi XVIe-XVIIIe siècle, Seyssel, Champs Vallon 2008).

[12] Cité dans la Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. (Loïc Capron, note 19 lettre de Guy Patin à Charles Spon 16 novembre 1645).

[13] Un « chien courtaud » est un chien à qui on a coupé la queue et les oreilles
[14] « Réjouis-toi, noble Faculté, l’habileté de votre médecin a rajeuni son Iolaus, et a enlevé à votre Compagnie la dépouille d’une vieillesse qui dépasse les deux cents années. Réjouissez-vous, mais gardez-vous de trop boire à la fontaine de jouvence, car le retour à l’enfance est tout proche du délire sénile ». (Loïc Capron, note 19 lettre de Guy Patin à Charles Spon 16 novembre 1645). Cf ci-dessus, note 12.

[15] Épisode rapporté par Ranchin.
[16] Allusion au fonctionnement des Consultations Charitables. Cf. Le Testament secret de Théophraste Renaudot, chap.XXVII.

[17] Cette accusation d'infamie fut très souvent portée contre lui ; Riolan n'est pas le seul.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search