La gestion des eaux dans le Montpellier médiéval (1)

Geneviève DUMAS
Université Sherbrooke – Canada

Dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Conseil canadien de la recherche en sciences humaines, ma collègue Lucie Galano et moi-même sommes en train de réaliser un repérage du réseau hydraulique de Montpellier et de son arrière-pays lagunaire à la fin du Moyen Âge. Dans ce cadre, je me suis intéressée à la gestion des eaux dans la ville médiévale de Montpellier.

Montpellier se dresse sur un ensemble de trois buttes situées entre la crête basse des Cévennes et un littoral bordé d’un chapelet d’étangs et donnant sur la Méditerranée. Ces trois collines de sable ont constitué un site approprié pour l’établissement d’un communauté qui s’est formée un peu avant l’an mil. Leur altitude (50 mètes pour Le Puy-Arquinel, 49 mètres pour Notre-Dame-des-Tables, et 37 mètres pour Montpelliéret) suffisait à protéger la communauté du ravage des crues fréquentes des eaux torrentielles qui met Montpellier en communication directe avec la Méditerranée. L’eau était abondante : un lac souterrain et de nombreux petits ruisseaux, aujourd’hui canalisés ou couverts, coulait le long des pentes pour rejoindre le cours de ce Merdanson.

Entre l’habitat urbain et le littoral, s’étendaient des marais navigables avec des goulots d’étranglement nommés « graux » qui donnaient accès à la mer. Montpellier était également traversée par deux rivières et fermée par un mur et un fossé. À l’intérieur de la ville, un système d’eau souterrain fournissait de l’eau propre aux habitants et un réseau d’égouts à ciel ouvert drainait les eaux usées. Comme dans la plupart des espaces urbaines médiévaux, l’eau était à l’origine de multiples préoccupations. Les aléas climatiques provoquaient fréquemment des indonations. Intra-muros, les égouts étaient soumis à des débordements qui remplissaient les rues de boue et de saleté. Le consultat urbain devait faire de mulitples interventions de façon à garantir l’approvisionnement adéquat en eaux claires au moyen de fontaines et d’infrastructures d’adduction d’eau, mais aussi l’entretien des égouts, la gestion des eaux usées et la pollution des eaux par les activités artisanales. À partir des riches archives médiévales de la ville de Montpellier, nos recherches examinent les différents moyens de faire face aux risques sanitaires liés à l’eau à la période tardo-médiévale (1200-1600).

J’ai fait connaître quelques résultats préliminaires de ces recherches dans deux articles. J’en ai également donné une synthèse dans le cadre d’une conférence donnée le 1er mars 2021 en virtuel, à l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier. Les documents les plus sollicités pour analyser la gestion urbaine des eaux sont des archives administratives conservées aux Archives de la ville de Montpellier mais, un certain nombre de sources narratives et scientifiques du XIXe siècle permettent aussi d’aborder la question de l’eau dans la vie des habitants de Montpellier au Moyen Âge. Il m’est apparu que de grandes figures du patrimoine intellectuel de Montpellier, dont les oeuvres m’étaient d’une grande utilité pour cette étude, demeuraient méconnus du grand public et souvent ignorées des rétrospectives. Il faut souligner le travail inlassable de ces érudits locaux de la fin du XIXe siècle pour documenter la ville. Leurs travaux rendent un énorme service aux historiens d’aujourd’hui car leurs minuties, leurs connaissances intimes des archives et leur engagement dans la recherche les rendent indispensables. Particulièrement, il faut dire, sur la question de l’eau, des puits et des infrastructures hydrauliques, car ils ont aussi eu la chance de pouvoir vérifier de visu certaines de leurs hypothèses avant les grands remue-ménages du XXe siècle. Dans une série de brèves notices, j’aimerais examiner quelques-uns de ces ouvrages exceptionnels et présenter leurs auteurs.

1. Louise Guiraud, Recherches topographiques, formation de la ville, ses enceintes successives, ses rues etc. avec 4 pans, Montpellier, J. Martel, 1895

Toujours éclipsée par Alexandre Germain, Louise Guiraud est pourtant l’une des plus grandes spécialistes de l’histoire de Montpellier. Née le 22 juillet 1860, elle est la fille de Louise Marie Pauline Tisseyre et de Barthélémny Numa Guiraud, marchant drapier. Elle est initiée à la recherche par le bibliothécaire Léon Gaudin. Son travail inlassable dans les fonds d’archives de Montpellier et du Midi lui permet de publier des études et des monographies. Elle devient membre titulaire de la Société archéologique de Montpellier à l’âge de trent-et-un an. Au Congrès des Sociétés savantes tenu à Montpellier en 1907, elle reçoit les palmes d’Officier d’Académie et celles de l’Instruction publique pour l’édition du Procès de Guillaume Pellicier, évêque de Maguelone qui transféra le siège épiscopal à Montpellier en 1536. Lors de la démolition en 1912 de la Halle aux colonnes, place Jean-Jaurès, elle mène les fouilles pour retrouver les vestiges de la crypte de l’église Notre-Dame-des-Tables détruite sous la Révolution. L’historien Pierre Imbart de la Tour lou la rigueur de sa méthode et sa connaissance scrupuleuse des textes originaux dans la préface de ses Études sur la Réforme à Montpellier. Il souligne la contribution que cet ouvrage apporte à l’histoire générale de la Réforme en France. Ses oeuvres encore aujourd’hui font référence auprès des chercheurs, historiens comme archéologues. Pour les médiévistes, ce sont surtout les trois volumes de son ouvrage Les fondations du pape Urbain V à Montpellier qui sont le plus souvent sollicités. Dans nos recherches sur la gestion des eaux à Montpellier, ses Recherches topographiques se sont révélées incontournables.

Dans cette étude, Louise Guiraud se propose de revoir la topographie de l’habitat urbain en deux temps : dans le premier, elle examine les origines et l’évolution de la ville et dans un second, elle traite de tout ce qui est relatif à la situation et à l’aspect des monuments, des marchés, des rues et des quartiers. C’est donc un véritable périple, rue par rue, que Louise Guiraud nous propre, riche de renseignements utiles, de références rigoureuses aux documents d’archives consultés et d’anecdotes de ses pérégrinations dans la ville. Le tout garde ce ton vivant et pédagogique qui lui est propre et qui rend ses écrits, d’une grande neutralité pour le XIXe siècle, probants et pertinents.

Dans son ouvrage Recherches topographiques, Louise Guiraud a produit une des cartes les plus précises du Montpellier médiéval. Tout historien qui se penche sur l’histoire de la ville a appris à la consulter. Elle sert de modèle à la plupart des cartes blanches utilisées par les chercheurs et elle est conservée aux Archives de la ville de Montpellier sous la cote 2Fi 441

https://www.montpellier.fr/4053-cartographie-anciennede-montpellier.htm.

Cette carte est agrémentée d’une numérotation de toutes les îles urbaines telles qu’elles se trouvent dans les registres fiscaux, permettant un repérage très précis des structures du bâtiment mais aussi des humaines qui y ont habité. Il s’agit d’un outil inestimable pour reconstituer l’histoire de la ville.

Pour terminer cette brève notice, je crois qu’il serait opportun de souligner la place importante de Louise Guiraud dans l’histoire de Montpellier, par un colloque, une journée d’études ou une exposition. Le rôle des femmes dans la construction des savoirs et la médiation des connaissances est si peu abordée. Louise Guiraud constitue en ce sens, un exemple d’étudition, d’expertise et d’engagement qui mériterait plus d’attention d’un point de vue historique et patrimonial. Une page Wikipédia lui est consacrée, on la consultera pour en savoir davantage ainsi que la notice qui se trouve sur le site des Archives de la ville de Montpellier : https://www.montpellier.fr/4412-femmes-demontpellier.htm

Louise Guiraud, Portraits de l’Hérault, AMM, 4BIB131

(à suivre)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search