Jeanne Galzy, une personnalité et une œuvre littéraire remarquables

Michèle VERDELHAN BOURGADE
Université Paul-Valéry Montpellier 3, Dipralang EA 739
Membre de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier

Jeanne Baraduc, Galzy de son nom de plume emprunté à une arrière-grand-mère, est l’une des plus brillantes figures littéraires de Montpellier : elle a notamment remporté en 1923 le prix Femina, accordé pour la première fois depuis dix ans à une femme, face à des concurrents de poids, comme Henri de Montherlant ou Joseph Kessel. Le roman primé, Les Allongés, paru aux éditions Rieder, suit la douloureuse convalescence d’une jeune femme atteinte du mal de Pott, la tuberculose osseuse, que l’on soignait alors par immobilisation dans une sorte de coque en plâtre. Jeanne Galzy venait de connaître elle-même un an et demi de ce traitement à Berck, et l’émouvante évocation de ce quotidien pénible, de la souffrance, parfois de l’agonie de certains patients, doit sans doute autant à l’expérience vécue qu’au talent de la romancière, dont vie et œuvre seront souvent intimement mêlées.

L’auteure

Née en 1883, au 27 Grand-Rue à Montpellier, elle passe son enfance un peu plus haut dans la même rue, au 15, voisine des familles Bazille ou Bruyas. La Grand-Rue sera le cadre et le titre d’un de ses romans, en 1925, fourmillant de notations sur la vie urbaine à la fin du XIXe siècle. Le père, négociant en mercerie, installera quelques années plus tard la famille dans une maison avec jardin, à la limite de la ville. Inscrite par ses parents au lycée Clémenceau, premier lycée public de jeunes filles de France créé en 1881, elle y fait des études « nonchalantes », dit-elle, mais fort réussies. Voulant poursuivre dans cette voie, elle obtient, chose rare à l’époque, l’autorisation de s’inscrire à la faculté des Lettres comme auditrice libre, puis d’aller à Paris en classe préparatoire littéraire, en vue du concours de l’l’École Normale Supérieure de Sèvres où elle sera admise en 1907. À Paris elle épanouit son talent littéraire, d’abord dans des poèmes, des pièces de théâtre, puis dans un premier roman publié en 1911.

Après l’agrégation obtenue la même année 1911, elle est nommée en 1915 professeur au Lycée de Garçons à Montpellier, fait rarissime dû au manque de professeurs hommes, qui avaient été envoyés au front. Elle en tirera un ouvrage, essai plus que roman, La Femme chez les garçons, témoignage des difficultés d’une enseignante débutante, femme, jeune, perçue comme peu légitime en milieu masculin. Son activité d’enseignante sera interrompue en 1917 par la maladie, suivie de la longue convalescence à Berck. Nommée après sa guérison à Amiens, puis à Saint German en Laye et à Paris, elle poursuit une double carrière d’enseignante et d’écrivain. Le Prix Femina de 1923 la fait entrer dans le cercle des célébrités littéraires. Elle enchaînera la publication de nombreux romans, de biographies et de poèmes. À sa mise à la retraite en 1943, elle revient s’installer dans la maison de famille à Montpellier, et consacre ses journées à la littérature, et à son jardin. Membre dès 1945 du jury Femina, ce qui lui permet de nombreux allers retours à Paris dont elle a la nostalgie, elle collabore également à la vie culturelle locale, notamment par des pièces de théâtre radiophoniques, pour le Centre d’Essai radiophonique alors dirigé par Frédéric-Jacques Temple, aux côtés de Madeleine Attal. Elle est admise en 1970 à l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier. À son décès, le 6 mai 1977, elle laisse inachevée une saga, La surprise de vivre, prévue en six volumes, dont seuls les quatre premiers ont été publiés. Elle est enterrée au cimetière protestant de Montpellier, aux côtés de sa mère et de sa soeur.

Son oeuvre

Son oeuvre comporte 22 romans, 7 biographies, des poèmes, des pièces de théâtre. Plusieurs de ces ouvrages ont reçu des prix littéraires prestigieux. On en trouvera la liste en annexe.

Paradoxalement, peu d’éléments d’archives concernant cette grande écrivaine sont conservés à Montpellier, car elle avait demandé que tous ses papiers fussent brûlés après sa mort ; il ne reste qu’un ensemble de documents divers récupérés auprès d’une de ses amies, Odette Jean, qui sera bientôt abrité aux Archives départementales de l’Hérault. Le peu de ses archives qui nous sont parvenues comporte entre autres des coupures de presse contenant des textes ou des interviews d’elle, des comptes rendus de ses oeuvres, des articles divers qui donnent un aperçu de la vie montpelliéraine de l’époque (comme le détail du banquet de réception lors de la visite du président de la République Alexandre Millerand, en 1921, qui assista à la représentation de la tragédie Cassandre de Jeanne Galzy), et quelques tapuscrits.

Montpellier et ses alentours étant très présents dans près de la moitié des romans, le lecteur en retire un témoignage précieux, notamment sur l’époque de l’enfance et de l’adolescence de Jeanne : les lieux de la ville, l’état de bâtiments ou de paysages alentour (cathédrale de Maguelone, domaine de Méric), l’atmosphère et l’animation des rues, la vie scolaire, la vie économique et sociale, en particulier celle de la bourgeoisie du commerce et de la banque. Des romans comme La femme chez les garçons ou La cavalière font revivre le Montpellier de la guerre 1914-18, les réunions où l’on tricote pour les soldats du front ou les collectes organisées dans les écoles. Marguerite Yourcenar lui a écrit un jour :

Je comprends bien mieux Montpellier depuis que je vous ai lue.

D’autres romans déploient les beautés de la montagne : le mont Lozère (Pays perdu), le Canigou (La dame de fer), ou de la Camargue (La surprise de vivre), mais toujours paysage et vie humaine se trouvent intimement liés.

Car l’intérêt des ouvrages de Jeanne Galzy ne se limite pas à un aspect documentaire. L’écrivaine a certes l’art de donner vie aux lieux, elle décrit comme on raconte, le paysage bouge, ondule au gré des verbes de mouvement :

Je traverse le Peyrou. Il surplombe les campagnes de toute la hauteur de son plateau brusquement coupé. Il s’effile en proue de navire, épave laissée par les flots. Un grand aqueduc s’en détache et déroule jusqu’à la colline la plus proche ses anneaux de pierre comme une chaîne gigantesque qui le rattacherait au sol.

L’ensevelie, p. 3-4, cité par M. Verdelhan Bourgade, Jeanne Galzy, Une femme de lettres hors du commun, Paris, L’Harmattan, 2020, p. 28.

L’artiste de la description est aussi une formidable analyste des sinuosités de l’esprit féminin, de sa complexité, ses contradictions parfois, qui peuvent mener jusqu’au drame. Comparée tantôt à Proust, tantôt à Mauriac, elle fait vibrer aussi bien la passion lesbienne de sa Cavalière, que la quête mystique de Thérèse d’Avila, dans une écriture souple, ondoyante, qui lui valait l’admiration unanime de la critique littéraire. « Les couleurs de la sensualité, il n’en manque aucune à la palette de Jeanne Galzy », écrivait André Wurmser en 1969. Et pourtant Jeanne Galzy scrute toujours plus profondément le trouble des corps et des coeurs, à la recherche des nuances les plus justes : « Pas de l’amour, pas de l’amitié. Il faut trouver autre chose. Pourquoi l’âme ne pourrait-elle trouver une nuance de sentiment nouvelle ? »

Femme remarquable par sa capacité à relever de multiples défis, dont celui de la maladie, à rompre le corset des conventions de son milieu pour s’imposer au premier plan littéraire, écrivaine qui a porté Montpellier au premier plan des villes littéraires, elle continue à captiver par son écriture, riche et sinueuse, au plus près des émotions et des troubles de l’être humain.

Extraits de Jeanne Galzy, Une femme de lettres hors du commun, Paris, L’Harmattan, 2020

Ouvrages de Jeanne Galzy
Romans
1911 L’ensevelie
1919 La femme chez les garçons, prix Montyon, Académie française
1923 Les Allongés, prix Femina
1925 La Grand’Rue
1926 Le retour dans la vie
1929 L’initiatrice aux mains vides, prix Brentano’s
1931 Les démons de la solitude
1934 Jeunes filles en serre chaude
1935 Le village rêve
1941 Les oiseaux des îles
1943 Pays perdu
1946 La cage de fer
1950 La femme étrangère
1952 La jeunesse déchirée
1953 L’image
1956 Le parfum de l’oeillet
1958 Celle qui vint d’ailleurs
1961 La fille
1969 La surprise de vivre
1971 Les sources vives
1974 La cavalière
1976 Le rossignol aveugle

Biographies
1927 Sainte Thérèse d’Avila, prix de l’Académie
1936 Catherine de Médicis
1939 Margot riene sans royaume
1947 Vie intime d’André Chénier
1949 Le Dieu terrible (Diane de Ganges)
1950 George Sand
1965 Agrippa d’Aubigné


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search