Séverin Pineau, Opusculum : un curieux exemplaire de la collection Barthez (Ee 164 in-8)

Evelyne Berriot-Salvadore
IRCL-UMR 5186
Université Paul-Valéry Montpellier 3

La bibliothèque de médecine de Montpellier possède deux éditions [une en deux exemplaires], avec marque de possesseur, d’un traité de gynécologie et d’obstétrique du chirurgien, Séverin Pineau (ca. 1550-1619), qui, en son temps, a soulevé intérêt et controverse :

Ee 164 in-8

SEVERINI PINÆI, CARNUTENSIS, PARISIIS, in Chirurgia Magistri Primi, Opusculum physiologicum, anatomicum, φισιχῶς vere admirandum, librisque duobus distinctum. Tractans analytice Notas primo integritatis et corruptionis virginum, deinde grauiditatem, et partum naturalem mulierum, in quo ossa pubis et ilium distrahi, dilucide docetur.

Francofurti : Zach. Palthenius, 1599. In 8, 23p + 141 p., avec 7 ill. dont 2 planches insérées entre les p. 81 et 81 ; entre les p. 90 et 91.

Provenance : Paul-Joseph BARTHEZ (1734-1806)[1]

Ec 237 in-8 p2

SEVERINI PINÆI, CARNUTENSIS, PARISIIS, in Chirurgia Magistri Primi, Opusculum physiologicum, anatomicum, φισιχῶς vere admirandum, librisque duobus distinctum ; tractans analytice Notas primo integritatis et corruptionis virginum, deinde grauiditatem, et partum naturalem mulierum, in quo ossa pubis et ilium distrahi, dilucide docetur.

Francofurdi : Zach. Palthenius, 1599.

[Les deux planches sont insérées à la fin du livre]

Relié avec

ARS MEDICA SUCCINCTE ET PERSPICUE EXPLICATA. AUTHORE DUNCANO LIDDELIO SCOTO. Altera edition emaculator.

Hamburgi, ex Bibliopolio Frobeniano, 1617. In 8.

Provenance : Bibliothèque Henri HAGUENOT – Hôtel-Dieu Saint-Eloy, Montpellier.

Sur le plat intérieur, ex-libris de la bibliothèque Haguenot  ;

sur la page de garde recto, ex-libris de Charauil[li] : Quo plus studeo èo plus disco et quo plus disco eo inscitia mea certior fio. Charauil [2].

sur la 4e de couverture intérieure, ex-libris Haguenotiana in Nosoc. Monsp. Deposita- Hotel-Dieu St Eloy de Montp[3].

Ef 459 in-12

  1. SEVER. PINÆI Carnut. De integritatis et corruptionis virginum notis graviditate item et partu naturali mulierum, opuscula.
  2. LUDOV.BONACIOLI Ferr. Enneas Muliebris.
  3. FEL.PLATERI Basil. De origine partium, earum in utero conformatione.
  4. PETRI GASSENDI De septo cordis pervio, observatio.
  5. MELCHIOR SEBIZII De notis virginitatis

Lugduni Batavorum [Leyde], Apud Franciscum Hegerum, 1640 [1641].

182 p.; [1], 298, [40] p. : illus., plates. ; in-12.

Provenance : Ex-libris non identifié

L’auteur

Séverin Pineau (1550-1619), maître du Collège Saint-Côme, chirurgien du roi, doit d’abord sa renommée à ses réussites de lithotomiste et à ses liens avec Philippe Colot, dont il fut le disciple. Aussi publie-t-il, en français, un petit livret de 16 pages, le Discours touchant l’invention et instruction pour l’operation et extraction du calcul de la vessie, Paris, E. Martin, 1610 (BnF 8-TE97-9). Cependant, c’est son intérêt pour la gynécologie et l’obstétrique qui lui vaut une place particulière dans l’histoire des controverses médicales. Son Opusculum physiologicum, anatomicum, publié d’abord à Paris en 1597, puis à Francfort en 1599, connaît de nombreuses éditions au XVIIe siècle (1641, 1644, 1650, 1663, 1690) dans une collection qui rassemble des traités de Ludovico Bonaccioli, de Felix Platter, de Pierre Gassendi et de Melchior Sebitz [Ef 459 in-12]. L’Opusculum est encore publié, en 1724 à Erfurt, dans une traduction allemande, mais la diffusion en est empêchée par les magistrats parce que le propos, en langue vernaculaire, ne paraît plus acceptable. Au reste, Séverin Pineau en était lui-même pleinement conscient puisque, dans l’épître au lecteur (p. 22-23, éd. 1599), il explique que la décence l’a conduit à publier en latin ce livre qu’il avait pourtant initialement composé en français pour l’utilité des magistrats et des familles. Son traité touche deux questions largement débattues au XVIe siècle : dans une première partie consacrée d’abord à l’anatomie des parties génitales, celle de l’hymen et des marques de la virginité ; dans la deuxième partie, obstétricale, celle de l’écartement de la symphyse pubienne lors de l’accouchement, observé lors d’une anatomie pratiquée en 1579, au collège royal des chirurgiens. Séverin Pineau en donne le compte rendu, Liv. II, cap. VIII, p. 120-125, en spécifiant outre la présence de nombreux confrères et du premier chirurgien du roi, Ambroise Paré, celle de deux montpelliérains : Laurent Joubert et Barthélemy Cabrol, « tous deux très versés en anatomie », alors à Paris « par ordre du Roi » [4].

L’exemplaire de Barthez : Ee 164 in-8

Voir Foli@ https://ged.biu-montpellier.fr/florabium/jsp/bium/num/view_diaporama_report.jsp?recordId=documents:BIU_DOCUMENTS:793&volumeIndex=1

Par son contenu, ce traité qu’Antoine Portal signale dans son Tableau chronologique des ouvrages et des principales découvertes d’Anatomie et de Chirurgie, et dont Gabriel Prunelle souligne l’intérêt, avait toute sa place dans la collection du médecin bibliophile qu’était Barthez. L’exemplaire qu’il possédait mérite cependant une attention plus particulière, car il a la caractéristique de porter des marques de lecture, notamment celle d’un érudit attentif et imaginatif.

Outre Barthez dont l’ex-libris figure sur le plat intérieur du livre 

Ex-libris quos Archi-gymnasio medico Monspeliensi legavit Professor Illustrissimus Paulus-Josephus de BARTHEZ, potentissimi et invictissimi Gallorum IMPERATORIS Medicus à consultis, Instituti Nationalis ac ferè omnium hujus aevi Academiarum sodalis, Legionis Honorariae miles. M. DCCCVI.  

plusieurs possesseurs ont laissé traces de leur lecture :

– l’un a souligné certains passages du texte (à l’encre marron) ;

– un autre est un lecteur français qui, p. 38, a traduit un mot dans la marge : Domisellam  > Damoiselle ;

un troisième a laissé, à l’encre noire, et d’une fine écriture (fin XVIIe s. ? début XVIIIe s.?), de nombreuses annotations et des dessins.

*Un tableau en arborescence qui s’applique au chapitre I consacré à l’anatomie du ventre inférieur, et au chapitre II, concernant plus spécifiquement l’anatomie de l’utérus, au verso de la page de titre.

*Des notes marginales :

en latin

pp. 14 [liminaires], 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 41, 42, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 58, 59, 60, 62.

en allemand

pp. 11, 33, 25, 26, 33.

* Des dessins

pp. 12, 16, 26, 32, 33.

Les annotations marginales sont le plus souvent des repères de lecture, avec aussi des renvois internes.

De toute évidence, le lecteur s’intéresse essentiellement aux questions que soulève le débat sur la virginité et ses signes (le livre II De grauitate n’est pas annoté). Il accorde ainsi une grande attention à la terminologie anatomique des organes génitaux internes et externes de la femme,

– ajoutant des synonymes latins ou grecs, voire vernaculaires par ex. p. 12 : à côté d’un petit dessin à la plume > Rima magna. Synchondrosis, i.e. Cartilago coalescens pubis ossa. Vide pag. 14 præfationis 

p. 13 : [labra] Id est Nympas vide Paulo post line â 17.

p. 17 : Nympha dicitur etiam alias, Involucrum, seu Calix, floris, modicè dehiscens, seseque aperiens.

p. 22 : [Periosto] περιοςτον est tenuis membrana ossa in qua cumque corporis parte immediate ambiens.

p. 25 [A propos des divers noms de l’hymen] Hymen varia. Hymen. Ein Rosenknopft

plus rarement un commentaire

p. 23 : [Confricationibus] Confricatrices mulieres. — κλγτορίζειν dicitur lascivius hanc carunculam tractare

p. 31 [Sed ista omnia vana sunt, non enim hymenem membranam unam, sed quatuor…] > Vera sententia

p. 55  > Muliebrium varietas

Les dessins manifestent son attrait pour les caractéristiques les plus discutées de l’anatomie féminine :

-l’hymen, ou plutôt les quatre « caroncules », « fleur virginale », d’autant qu’elle ressemble fort bien au bouton d’un œillet, qui n’est point encore épanoui. Or « ces caroncules étant disjointes, séparées et froissées, la fleur virginale dépérit. »


– le clitoris, décrit par les anatomistes Realdo Colombo et Gabriel Fallope, mais que Pineau définit d’abord par référence à Juvénal, et qui entraîne une réflexion sur la spécificité de l’anatomie et de la sexualité féminine, comme le montre non seulement le dessin, p. 16, mais aussi le commentaire marginal de la p. 23.

– les preuves de virginité tirées de la mesure : certains croient qu’une fille est vierge, quand un fil que l’on a tendu depuis l’extrémité du nez jusqu’à la fin de la suture sagittale, du côté qu’elle se joint avec la lambdoïde, peut ensuite entourer son cou.

(p. 32)

Les annotations de ce lecteur anonyme montrent que le débat dont le médecin de Henri IV, André Du Laurens, avait souligné toute la vigueur[5] n’a pas perdu de son intérêt un siècle plus tard, si ce n’est comme recherche scientifique, au moins comme curiosité intellectuelle[6].

Bibliographie :

  • Bayle, Pierre, Dictionnaire historique et critique, Rotterdam, 1715, t. 3, p. 262, art. Pineau, Séverin.
  • Devaux, Jean, L’art de faire les rapports en chirurgie, Paris, Laurent d’Houry, 1703, p. 421.
  • Eloy, Nicolas François Joseph, Dictionnaire historique de la medecine ancienne et moderne, Mons, H. Hoyois, 1778, t. 3, p. 567.
  • Longo, Lawrence D., Lawrence P. Reynolds, Wombs with a View. Illustrations of Gravid Uterus from the Renaissance through the Nineteenth Century, Springer, 2016, p. 42.
  • Portal, Antoine, Tableau chronologique des ouvrages et des principales découvertes d’Anatomie et de Chirurgie, Paris, Didot, 1773, T. VI, p. 658.
  • Prunelle, Clément-Victor-Gabriel, De la médecine politique en général et de son objet. De la médecine-légale en particulier, de son origine, de ses progrès, et des secours qu’elle fournit au magistrat dans l’exercice de ses fonctions. Discours prononcé dans l’Amphithéâtre de la Faculté de Médecine de Montpellier, le 19 avril 1814, à l’ouverture du cours de Médecine Légale, Montpellier, Jean Martel, 1814, p. 50.
  • Ruhlmann, Henri-Charles, Sur l’anatomie de quelques grands chirurgiens du XVIe siècle, Ambroise Paré, Jacques Guillemeau, Séverin Pineau, Nicolas Habicot, Angers, H. Siraudeau, 1939.
  • Sue, Pierre, Essais historiques, littéraires et critiques sur l’art des accouchemens, vol. II, Paris, Jean-François Bastien, 1779, p. 102-109.

[1] Voir L. Dulieu, « Paul-Joseph Barthez », Revue d’histoire des sciences, année 1971, volume 24, n°2, p. 149-176.
[2] Un autre ouvrage du fonds porte son ex-libris manuscrit : Ed 259 in-8° L. Fioravanti, De’ capricci medicinali libri IV, Venise, L. Avanzo, 1565.
[3] Sur l’ex-libris d’Henri Haguenot voir ici même la contribution de Jean-Louis Bosc.
[4] On peut en lire la traduction française de J.-F Malgaigne, dans Ambroise Paré, Œuvres complètes, Paris, Baillière, 1840-1841, t. II, p. 666-667. Pour ce qui est des deux controverses, voir Amboise Paré, Œuvres, éd. E. Berriot-Salvadore, J. Céard, G. Pineau, Paris, Classiques Garnier, 2019, t. I, liv. iii, p. 499 et t. III, liv. xxiv, p. 2523-2524.
[5] Voir Eh 34bis in-fol. Toutes les Œuvres, trad. Theophile Gelée, Paris, P. Metayer, 1613, livre VII, chap. XII « Les parties dissimilaires de la matrice » et Q. XIII « De l’hymen et des marques de la virginité ».
[6] En atteste le Journal des sçavans pour l’année mdcciii, t. 31, Amsterdam, Waesberge, Boom et Goethals, 1704, p. 549-555.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search