Les dessins d’instruments chirurgicaux dans l’Inventarium sive Chirurgia Magna de Gui de Chauliac (2)

Béatrice BAKHOUCHE
Université Paul-Valéry Montpellier 3
CRISES – EA 4424


Concernant les dessins, on ne peut pas mesurer la dette éventuelle de Gui de Chauliac à l’égard de ses prédécesseurs : dans le manuscrit de la Chirurgie de Lanfranc conservé à la bibliothèque Ste Geneviève et consultable en ligne[1], je n’ai trouvé aucun dessin. Si l’on compare avec les instruments latins[2] ou ceux accompagnant le texte d’Albucasis, les ressemblances sont loin d’être flagrantes, mais les comparaisons sont oiseuses, dans la mesure où les identifications par le nom sont impossibles, les instruments antiques étant déconnectés de tout texte et les dessins d’instruments qui illustrent le texte d’Albucasis, on le verra, se trouvant également rassemblés sur un même folio, sans lien direct avec le texte.

Après avoir étudié les dessins d’instruments chirurgicaux des traités III et IV, il nous reste à aborder le dernier livre de la Grande Chirurgie – le traité VII. Son titre, Antidotarius, « est un mot qui », selon É. Littré, « avait passé du sens de livre des antidotes à celui de livre des médicaments ». Pour autant les remèdes ne se présentent pas toujours sous forme de décoction : dès le début en effet, les ventouses et les sangsues sont associées à la phlébotomie. Le chapitre 3 sur « les cautères et leurs formes » est lié à l’opération thérapeutique de cautérisation ; il y est question de six autres instruments adaptés pour ce type de soins et dont certains peuvent présenter des formes diverses.

L’introduction au catalogue d’instruments

Si la tradition iconographique dans la Grande Chirurgie de Gui de Chauliac est inégalement retransmise, comme on l’a vu pour les miniatures de début de texte, cela se vérifie aussi pour les dessins qui font partie intégrante du texte (latin) puisqu’ils sont constamment annoncés par des formules-types (cf. VII 1.3 : cuius forma est talis…). Est-ce à dire que la tradition française se dispense des dessins ? pour répondre à une telle question, il ne suffit pas de se référer à l’édition Nicaise, par exemple, mais il conviendrait d’en étudier tous les témoins.

Le chapitre sur les cautères, en VII, 1.3, donne une fois de plus au chirurgien l’occasion d’offrir, comme en une parenthèse, une panoplie d’instruments très précis. Le tableau se présente de façon identique à ce que nous avons vu au début du traité III sur « les plaies » : Gui de Chauliac distingue trois grandeurs pour chacun des instruments – petit, grand et moyen. Mais ici, après avoir rappelé le nombre de ceux qui sont utilisés par ses prédécesseurs et non par sa référence antique, Galien, – six ou huit par Guillaume de Salicetus (Guillaume de Piacenza), dix par Lanfranc et sept par Henri de Mondeville, l’auteur affirme ainsi son originalité :

Propter secundum, quomodo fiunt cauteria, est sciendum quod cauteria actualia fiunt cum instrumentis, praecipue metallicis, potencialia vero cum causticis medicinis. Instrumenta autem cum quibus fiunt cauteria actualia apud antiquos erant diversa ; moderni vero ea retraxerunt ad certum numerum, ut Guillelmus de Saliceto ad sex vel ad octo, Lanfrancus ad decem, Henricus ad septem. Ego vero communia cauteria faciebam cum sex formis : specialia vero cauteria faciebam cum propriis instrumentis formatis iuxta intencionem quam complere habebam

Inventarium, éd. M. R. McVaugh, Brill, Leiden-New York-Köln, 1997, p. 417.

On le voit, l’auteur de la Magna Chirurgia fait œuvre de savant par la confrontation des sources, mais aussi de praticien qui ne recule pas devant les innovations techniques et fait même œuvre de pionnier, comme l’a montré Alain Segal à propos de l’endoscopie spéculaire[3].

Les cautères

C’est vers la fin du traité que se situe le chapitre De cauteriis (VII 1.3). Le dernier livre auquel il appartient s’intitule « antidotaire » au sens de « livre des médicaments », et – exception à la règle – il ne comporte qu’une partie – Doctrina 1. Après avoir distingué entre cautères « potentiels » et les « actuels » en ce sens que ces derniers, plus adaptés pour faire évacuer les humeurs, percer les abcès et contenir le flux sanguin, obligent à recourir à un geste chirurgical, tandis que les premiers sont de nature médicamenteuse, notre Montpelliérain, une nouvelle fois, propose un tableau des diverses formes de cautère.

Comme nous l’avons cité plus haut, Gui occupe une position originale dans la mesure où il a créé six instruments qu’il jugeait les mieux adaptés. Et, une nouvelle fois, le développement commence par les différentes formes que peut prendre chaque cautère : petite, grande ou moyenne. Les six instruments, qui constituent ce nouveau catalogue et concernent des soins précis, peuvent se décliner sous des formes légèrement différentes, ce qui explique les onze dessins.

Le premier, le « cultellaire », de la forme d’un couteau, présente deux variantes : l’une dite « dorsale » qui ne présente qu’une face aiguisée et l’autre, « ensale », coupe des deux côtés comme une épée (ensis en latin). Il sert à trancher les chairs superflues, à percer les abcès ou à soigner les ulcères.

Le deuxième est appelé « olivaire » par sa ressemblance au noyau d’olive et la référence au passage d’Haly Abbas est tout à fait exacte : Coques cum cauterio olivarum ossulis simili (Reg. Disp. II.9.69[4]). Cet instrument sert aux cautérisations au sommet du crâne, sur les articulations et les nerfs, pour éviter des douleurs trop vives.

Le troisième, le « dactile », qui ressemble à un noyau de datte, a les mêmes fonctionnalités que l’olivaire, bien que plus gros ; il sert principalement pour les viscères et les altérations osseuses.

Le quatrième, le « punctal », avec sa pointe plus fine et ronde, cautérise seulement la peau et se présente sous deux formes ; la première, avec sa plata, est utilisée pour les bras et les jambes, tandis que la seconde, qui ressemble à une baguette, sert à soigner, avec la canule, les fistules lacrymales, polypes dans le nez ou même les dents. Soit quatre dessins pour le même instrument.

Le cinquième ou « cautère subtil » permet, avec des tenailles larges et perforées, de placer des sétons.

Quant au sixième et dernier, appelé « circulaire », il est, comme les deux précédents, composé de deux instruments qui se caractérisent par une extrémité en cercle, précisément : le premier, en position horizontale sur le dessin, permet de réaliser des cautères à nœud – sans doute avec les trous sur son extrémité arrondie – et ce avec l’aide d’une plata, différente de la précédente évoquée pour la quatrième forme de cautère, et trouée dans son extrémité ovale comme le « circulaire » tandis que son autre extrémité est pointue.

La méthodologie de Gui de Chauliac, ici comme dans les livres précédents, est identique concernant le préambule sur les trois tailles pour chaque instrument. Elle est identique encore en ce qu’elle propose un dessin pour chaque type d’outil. En revanche, à la différence des autres références aux instruments chirurgicaux, les modèles ne sont pas ceux de ses prédécesseurs ou de ses contemporains ; ce sont ceux que le chirurgien montpelliérain a adaptés à ses besoins ou a inventés.

L’étude des dessins sur les différents instruments à la disposition du chirurgien en cette seconde moitié du XIVe siècle illustre parfaitement la rigueur et l’exhaustivité du Montpelliérain, ainsi que sa grande culture médicale et sa volonté d’asseoir la pratique chirurgicale sur le socle indispensable de connaissances générales et théoriques. En même temps, – et en cela il est très moderne – l’auteur de la Magna Chirurgia prend en compte la douleur du patient liée à la sensibilité de la partie du corps à traiter, et ce pour arriver à fabriquer des outils qui tiennent compte au mieux de ces deux paramètres.

Les instruments dans les textes médicaux arabes

Concernant les dessins, il est impossible d’évaluer l’ampleur de la dette éventuelle de Gui de Chauliac à l’égard de ses prédécesseurs : dans le manuscrit de la Chirurgie de Lanfranc conservé à la bibliothèque Ste Geneviève et consultable en ligne[5], je n’ai trouvé aucun dessin, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas eu dans d’autres exemplaires. Si l’on compare les illustrations du Montpelliérain avec les instruments latins[6] ou ceux accompagnant le texte d’Albucasis, les ressemblances sont loin d’être flagrantes, mais les comparaisons sont oiseuses, dans la mesure où les identifications par le nom sont impossibles, les instruments antiques étant déconnectés de tout texte et les dessins d’instruments ci-après qui illustrent le texte d’Albucasis, traduit en hébreu, se trouvent regroupés et donc déconnectés du texte :

Abulcasis, Livre de la pratique, BnF ms. Hébreu 1163, fol. 226
À l’ombre d’Avicenne – La médecine au temps des califes, Paris, 1996, p. 306

Ces dessins d’instruments chirurgicaux sont assez semblables d’un texte à l’autre dans la tradition des textes médicaux arabes : dans les deux manuscrits d’Albucasis datant du XIVe s. et conservés dans le fonds ancien de l’école de médecine de Montpellier – H89ter et H 95[7] –, des dessins d’instruments paraissent – à première vue – servir de césure d’un chapitre à l’autre : ils sont assez semblables et sont tracés sur toute la longueur de la ligne d’écriture. Pour en revenir à la copie ci-dessus, présentés ainsi en listes et séparés du texte qu’ils illustrent, les dessins diffèrent de la façon dont Gui de Chauliac les intègrent explicitement à son développement et à son enseignement dans une association particulièrement heureuse et pédagogiquement fructueuse. Néanmoins, pour le spécialiste de la médecine andalouse au Moyen Âge[8], Jean-Louis Bosc, que j’ai consulté, l’instrument qui sert pour les « plaies du ventre » (III, 2.6) correspond assez à l’illustration du livre II, 87 d’Abulcasis, celui du traité IV, 2.7 à la seconde illustration du livre II, 80. Quant aux cautères, en VII, 1.3, les parallèles ne sont pas probants, du fait même que ce sont des inventions de Gui de Chauliac. En revanche, les dessins en IV, 2.2 ne correspondent à rien, semble-t-il, chez le chirurgien cordouan. Dès lors, conclut J.-L. Bosc, « il semblerait que les illustrations de Guy de Chauliac proviennent d’une ture tradition que celle d’Albucasis ».

Conclusion

Bref, la présence des dessins dans l’Inventarium sive Chirurgia magna est d’une importance capitale pour mesurer la permanence de la tradition et les innovations dans le domaine de la pratique chirurgicale. L’étude de ces illustrations permet en outre au lecteur de s’attacher à tel ou tel passage de ce magnum opus et d’en mesurer la dimension hautement scientifique.

Gui de Chauliac, qui est le premier chirurgien célèbre issu de l’école de médecine de Montpellier, est le véritable fondateur de la chirurgie didactique et, jusqu’au XVIIIe siècle, sa Grande Chirurgie constituera le code officiel de cette partie de la médecine. Son œuvre mériterait encore aujourd’hui d’attirer l’attention des médecins et des chirurgiens mais ce sont les historiens de la médecine et les linguistes qui s’intéressent encore à la Grande Chirurgie du Montpelliérain, tandis que l’œuvre de son contemporain Henri de Mondeville est presque tombée dans l’oubli.

[1] URL : https://archive.org/stream/4T357_6_INV917RES#page/n329/mode/2up
[2] Voir B. Bakhouche, « Les dessins d’instruments chirurgicaux dans la Chirurgia Magna de Gui de Chauliac (1) », https://pim.hypotheses.org/196
[3] « L’endoscopie spéculaire chez Gui de Chauliac », in Actes du XXVIIIe Congrès International d’Histoire de la Médecine, Paris, 1982, II p. 61-64.
[4] Notons que les références modernes, II.9, coïncident toujours avec celles de Gui : […] in 9° sermone partis 2e […].
[5] URL : https://archive.org/stream/4T357_6_INV917RES#page/n329/mode/2up
[6] Voir B. Bakhouche, « Les dessins d’instruments chirurgicaux dans la Chirurgia Magna de Gui de Chauliac (1) », https://pim.hypotheses.org/196
[7] Consultables en ligne sur www.calames.abes.fr.
[8] Voir son ouvrage Montpellier et la médecine andalouse au Moyen Âge, Montpellier, PULM, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search