Ps. Apulée Herbier & Ps.-A. Musa Traité de la bétoine, dans le manuscrit HS77 de Montpellier

Mylène Pradel-Baquerre
Université Paul-Valéry Montpellier 3
CRISES – EA4424

 

 

L’Herbarius du Pseudo-Apulée est un herbier illustré, rédigé en latin probablement au IVe siècle et attribué très tôt à un auteur connu par ailleurs, du nom d’Apulée. Le terme a désigné jusqu’au XVe siècle des ouvrages traitant de plantes. Il se distingue des ouvrages de botanique par une finalité essentiellement pratique : la place principale est réservée à l’emploi médicinal de la plante. Il se distingue des réceptaires par son organisation et son classement par plante et non par symptôme. Il contient en général des renseignements sur les plantes médicinales, noms, propriétés, floraison, et des préparations thérapeutiques élaborées à partir de ces plantes. La matière médicale utilisée est essentiellement végétale mais peut aussi être d’origine animale, humaine ou minérale.

Notre herbier est composé de 131 notices sur des plantes médicinales, chaque plante étant associée à un nombre variable de soins et à une illustration. Il a connu une large diffusion au Moyen Âge. En 1481 parut sa première édition, avec la reproduction des dessins de plantes, ce qui en fit le tout premier herbier totalement illustré imprimé.

Le De Vettonica de Pseudo-Antonius Musa est associé, dans de très nombreux manuscrits, à l’Herbier de Ps.-Apulée. Il semble peu probable que ces deux ouvrages soient l’œuvre d’un même auteur. En revanche, les deux œuvres semblent complémentaires. Si Ps.-Apulée ne mentionne pas la bétoine, alors que c’est une plante remarquable, souvent citée par Pline qu’il connaît et qu’il utilise, c’est qu’un autre l’a fait auparavant. La formulation des recettes suit le même schéma que celles de l’Herbier. Il semble donc vraisemblable que l’association de ces deux textes est très ancienne, peut-être même originelle.  Dans ce cas, on peut dater le De Vettonica de la deuxième moitié du IVe siècle comme l’Herbarius.

Plusieurs textes sont souvent associés à ces deux traités dans les manuscrits, nous avons gardé, dans notre édition, les deux precationes, invocations à la Terre et à toutes les plantes qui nous semblent indissociables de l’œuvre et qui sont d’ailleurs, dans notre manuscrit, intégrées à l’herbier. Les illustrations sont naturellement essentielles dans ce type d’ouvrage. Elles figurent dans beaucoup de manuscrits, dont les plus anciens, mais elles n’ont pas toujours été réalisées, il ne reste parfois que l’emplacement comme dans le manuscrit H 277 à l’exception de trois plantes, la bétoine, la petite et la grande centaurée ; parfois elles sont même totalement absentes. Ce sont elles qui permettaient d’identifier les plantes, car il n’y a pas de descriptions botaniques dans les notes, comme c’est le cas chez Dioscoride et chez Pline.

L’Herbarius hérite d’une longue tradition. Pour son contenu textuel, la source principale est Pline, pour la forme et l’organisation, les modèles semblent bien plus anciens. On perçoit déjà une proximité entre Ps.-Apulée et Théophraste, et les fragments de papyrus médicaux retrouvés et étudiés récemment par Marie-Hélène Marganne[1] offrent la même disposition et une organisation des images et des notices similaires. Les critiques que formule Pline, XXV, 8, sur les risques de mauvaise conservation ou reproduction des images se sont révélées tout à fait appropriées et l’identification des plantes pose de nombreux problèmes. Il apparaît aussi que, dès l’origine, ce type d’ouvrage obéit à une volonté de vulgarisation et de simplification. Dès l’origine aussi, l’herbier illustré semble plutôt associé au luxe et à la richesse, ce qui ne va pas sans quelque contradiction.

L’Herbarius et le De Vettonica ont longtemps été méprisés et considérés comme de simples compilations d’ouvrages grecs. Il n’en existe pas de traduction moderne en français et ils restent largement méconnus. Nous avons donc proposé une version commentée de l’une de ces versions, tardive masi assez complète, celle qui figure dans le manuscrit H 277 du fonds ancien de l’université de Montpellier avec une introduction qui détaille le genre du texte, ses sources et sa postérité. C’est un manuscrit très riche que l’on peut dater de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle. On y trouve essentiellement des textes à caractère scientifique : médecine ou botanique. Il contient également quelques illustrations remarquables. On y retrouve la plupart des textes généralement associés à l’Herbier avec les precationes, le traité sur la bétoine, le blaireau, le traité de Sextus Placitus et celui des herbes pour les femmes mais seuls les trois premiers se suivent dans le manuscrit, les autres sont séparés par d’autres textes. La prépondérance de l’Herbier dans le manuscrit apparaît clairement puisque le nom figure dès le premier folio avec la liste alphabétique des plantes et le titre général donné a posteriori au codex.

C’est un manuscrit tardif mais très intéressant car il se présente sous une forme qui rappelle celle du manuscrit le plus ancien, le Vossianus : index des plantes, prières, traité sur la bétoine, Herbarius. Ce corpus présente très probablement le noyau le plus ancien du recueil. Il est complet, à quelques soins près. Même si toutes les illustrations n’ont pas été réalisées, leur place est là et permet de percevoir le lien essentiel selon nous entre textes et images. Enfin c’est un texte soigné, avec peu de ratures, des titres et des sous-titres en couleur, rouges ou bleus. Il n’y a que très peu d’ajouts dus à une autre main. Les noms des plantes dans les titres se présentent assez souvent sous une forme nouvelle, avec des phytonymes probablement plus connus des contemporains. C’est un indice nouveau pour l’identification des plantes et ce souci d’identification correcte accrédite également l’utilisation pratique de l’Herbier.

[1] Le livre médical dans le monde gréco-romain, CEDOPAL, Liège 2004, particulièrement le chapitre 2 « Le rôle de l’illustration dans la transmission du savoir antique », p. 35-58.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search