Gui de Chauliac et sa Chirurgia Magna

Béatrice BAKHOUCHE
Université Paul-Valéry Montpellier 3
CRISES – EA4424

 

Parlons d’abord de la protohistoire de la ville où va faire carrière Gui de Chauliac. Comme le précise Th. Lavabre-Bertrand, « La ville de Montpellier n’est pas très ancienne, si on la compare à ses voisines, Aix, Marseille, Nîmes ou Agde. C’est vers le milieu du Xe siècle qu’on commence à voir citer une humble bourgade, presque une métairie, admirablement située sur un nœud de communication. Sa croissance va suivre directement l’essor du commerce et du brassage des cultures méditerranéennes. Les marchands ne sont pas seuls. Des savants se déplacent sur leurs traces, et avec eux des manuscrits, qu’eux seuls sont souvent capables de déchiffrer, humbles résidus d’une science, notamment médicale »[1], jugée resplendissante. Et d’ajouter : « Des documents indiscutables témoignent de l’activité médicale de Montpellier dès le XIIe siècle. Ils relatent les études médicales de l’archevêque Adalbert de Mayence en 1137, ou les soins dispensés en 1153 (aux dires de Saint Bernard) à Héraclius de Montboissier, archevêque de Lyon. Jean de Salisbury sur ces entrefaites nous dit en ses lettres qu’on venait en foule se faire soigner dans la cité occitane, ainsi qu’à Salerne. C’est de cette dernière que Gilles de Corbeil vient se confronter, physiquement parlant semble-t-il, avec certains maîtres. L’enseignement et la pratique de la médecine à Montpellier avaient donc acquis dès cette date une solide réputation »[2].

Toujours est-il qu’en 1180 le seigneur de Montpellier Guilhem VIII publie un fameux édit rendant totalement libres l’enseignement et l’exercice de la médecine placés sous son autorité. Et le cardinal Conrad promulgue, le 17 août 1220, les premiers statuts officiels de l’école de médecine, qui resteront pour l’essentiel en vigueur jusqu’à la Révolution.

La vie de Gui de Chauliac

C’est donc dans cette école de médecine que le jeune Gui fait ses premières armes. Né vers 1298 à Chaulhac en Gévaudan dans une famille modeste, il commence ses études de médecine peut-être à Toulouse, mais aucune date de son passage dans cette ville ne semble conservé. On sait en revanche qu’à Montpellier, il a pour maître Raymond de Molières à l’enseignement duquel il se réfère à plusieurs reprises dans sa Chirurgia magna. Ce maître était chancelier de la faculté de médecine en 1335, titre que ne lui donne jamais Gui de Chauliac. Il a dû suivre son enseignement dans les années 1320.

Il devient en effet maître de médecine en 1325, la maîtrise s’obtenant après une licence en six ans et des voyages pour parfaire son art. Il continue, à partir de 1326, son apprentissage entre autres à Bologne puis à Paris, où il approfondit ses connaissances en anatomie. Il semble avoir beaucoup voyagé puisqu’on ne retrouve sa trace qu’en 1342, deux ans avant de devenir chanoine au monastère Saint-Just, près de Lyon. Quelques années plus tard, en 1348, on le retrouve auprès du pape, en Avignon, pour aider à lutter contre la grande épidémie de peste.

Le pape Clément VI autorise justement l’autopsie publique des pestiférés afin d’essayer d’arrêter le fléau. Cette mesure permet à Gui de Chauliac – Guido de Cauliaco comme l’appellent les historiens – d’être parmi les précurseurs de la dissection dans un but médical. Il devient donc médecin des papes avant de finir sa carrière comme chanoine de Reims en 1353, puis de Mende en 1367, un an avant sa mort.

La carrière de notre auteur paraît avoir été celle d’un médecin universitaire. Considéré comme le plus grand chirurgien du Moyen Âge, il laisse des écrits qui témoignent d’une intelligence pratique comme d’une grande érudition : ses autres – petits – traités sur l’astrologie, sur le régime dans la cataracte ou sur la hernie ne sont pas parvenus jusqu’à nous. C’est à sa Chirurgie que Gui doit la place qu’il occupe dans l’histoire. Il existait cependant des ouvrages similaires qu’il cite d’ailleurs dans son livre, mais aucun n’était aussi complet et ne présentait la science dans son ensemble. « Guy s’est proposé », précise É Nicaise[3], de résumer brièvement les travaux de ceux qui l’avaient précédé ; aussi a-t-il donné à son œuvre le titre Inventorium sive Collectorium artis chirurgicalis medicinae. La dénomination de Grande Chirurgie, sous laquelle elle est connue, ne date que des éditions latines de Venise, qui l’ont désignée sous le nom de Chiurgia magna, pour établir une distinction avec la Chirurgia parva qu’on lui attribuait ».

Le livre a été rédigé à la fin de la carrière de son auteur, une fois qu’il avait cessé de pratiquer. Écrit en 1363 en Avignon, cinq ans avant sa mort, et à une époque où il n’y avait pas encore de traité didactique de chirurgie – discipline qui n’était pas enseignée à l’université –, l’ouvrage peut être considéré comme le testament médical et chirurgical de son auteur. Ayant fait ses études à Montpellier où seul le latin était admis comme dans les autres universités, Gui de Chauliac, en tant en outre que clerc, a utilisé la langue universitaire et la langue commune des clercs, le latin, pour écrire son magnum opus. Mails le latin de cette époque, précise encore É. Nicaise[4], « était une langue dénaturée. C’est un mélange de latin classique et de mots français, provençaux, arabes, auxquels on donne simplement une désinence et une tournure latine ». C’est peut-être encore Gui qui aurait traduit lui-même le texte latin en français. En tout cas, le texte français de la Chirurgia contenu dans le manuscrit H 184 de Montpellier n’en est pas l’original mais une copie récente – de la traduction française par l’auteur ? –, réalisée à quelque 60 kilomètres d’Avignon, et qui commence ainsi :

« Au nom de Dieu, ci commence l’inventaire ou collectaire en la partie cirurgical de medecine compile et complet l’an de nostre Signour mil CCCLXIII par G. de Caillat (sic) cirurgin et mestre en medecine en la estude de Montpellier… ».

Cette œuvre – que nous citerons dorénavant sous le titre d’Inventarium sive Chirurgia magna pour reprendre le titre dans l’édition de ce traité par M. R. McVaugh[5] – sera connue dans tout le monde latin sous le surnom de Guidon en référence à son prénom et deviendra partout l’ouvrage classique par excellence. En même temps et paradoxalement, sa carrière paraît avoir été, dit-on, moins celle d’un chirurgien que d’un médecin universitaire, à tout le moins un théoricien : on le verra, l’étude des trois passages avec dessins nous permettra de nuancer ce jugement.

La Grande Chirurgie

Le titre de l’œuvre varie suivant les copies : « L’inventaire ou collectaire en la partie chirurgical de medecine » du manuscrit français H 184 de Montpellier traduit le titre latin originel : Inventarium seu Collectorium in parte cyrurgicali medicine (xive s., BnF lat. 14733)[6] ; le manuscrit latin BnF 6966 porte, lui, le titre abrégé de Guidonis de Cauliaco collectorium chirurgicum.

Quand il rédige son Inventarium ou Grande Chirurgie, Gui de Chauliac est bien conscient qu’il s’inscrit dans une longue tradition d’abord antique naturellement, mais aussi médiévale. Durant les deux siècles précédents, l’Europe de l’Ouest a développé une tradition de littérature chirurgicale, tout à fait inconnue du monde grec ou arabe et initiée à la fin du XIIe siècle, à Salerne, par un certain Ruggiero Frugardi, alias Rogerius Salernitanus ou Rogerius Parmensis. La Practica Chirurgiae de Rogerio a été largement commentée au début du XIIIe siècle et cet auteur a suscité des émules dont l’un d’eux, Guillaume de Salicet (Guglielmo da Saliceto), est venu en France avec Lanfranc vers 1300 et a inspiré Henri de Mondeville, quelque dix ans plus tard.

Gui de Chauliac donc, en 1363, perpétue cette tradition qu’il est le dernier à illustrer. S’il reconnaît lui-même, dans son Capitulum singulare, la dette qu’il a contractée à l’égard de ses devanciers, il fait également œuvre originale en insistant sur l’importance du sous-bassement médical en chirurgie, mais pas seulement on va le voir.

L’ouvrage commence par une table des matières (rubrice) exhaustive qui rend patent la bipartition de chaque livre – en dehors du dernier, l’Antidotaire – entre une étude générale (sermo universalis) de la question dans la Doctrina 1 et l’application à chaque partie du corps dans la Doctrina 2. Chaque traité porte en effet sur une question très précise : le premier sur l’anatomie, le deuxième sur les apostèmes, le troisième sur les plaies, le quatrième sur les ulcères, le cinquième sur les fractures, le sixième de différentes affections et le septième sur « les médecines qui purgent les humeurs ». À l’intérieur de chaque traité, la matière est traitée de façon systématique : après quelques développements généraux (doctrina 1), les différentes parties du corps sont passées en revue (doctrina 2), de la tête jusqu’aux pieds en passant par les épaules, la poitrine, le ventre, le bas-ventre, les « cuisses et les parties inférieures » (VII, doct. 2, c. 8).

C’est une manière d’étudier le corps devenue conventionnelle, mais dont on trouve des échos dans une pratique astrologique appelée « mélothésie zodiacale » abondamment illustrée dans les manuscrits par des dessins ou des croquis et qui fait dérouler le cercle zodiacal, du Bélier aux Poissons, sur le corps humain, de la tête aux pieds.

Gui de Chauliac, Grande Chirurgie, H 184 Fol. 1

En outre, dans les manuscrits, les pages particulièrement travaillées comme la première offrent des miniatures comme celle qui met en scène une salle de cours aux XIVe-XIVe siècles. Cette mise en page paraît être traditionnelle pour le texte de Gui de Chauliac, comme on le voit encore avec le manuscrit BnF lat. 6966. Et de fait, quand on ne trouve pas de miniature, leur place est cependant prévue. C’est le cas pour le manuscrit H 184 conservé à Montpellier : le premier folio comporte en effet, avant le début du texte, un cadre vide qui aurait dû être rempli par le rubricateur.

Bref, la Grande chirurgie de Gui de Chauliac a exercé une influence cardinale comme en témoignent les nombreuses copies de la fin du xive et du xvsiècles, ainsi que ses traductions en français mais aussi en anglais, en italien, hébreu, allemand et provençal, ainsi que ses éditions, entre autres par des professeurs à la faculté de médecine de Montpellier comme Laurent Joubert. Elle constitue incontestablement un pont entre le Moyen Âge et la Renaissance.

(à suivre)

[1] « L’École de médecine de Montpellier », Bulletion de l’Académie des Sciences et Lettres 37, 2007, p. 282-289.
[2] Ibid., p. 283.
[3] La grande chirurgie,  Introduction p. XCVII.
[4] Ibid., p. XCIX.
[5] Guigonis de Caulhiaco (Guy de Chauliac), Inventarium sive Chirurgia magna, Brill, Leiden-New York-Köln, 1997.
[6] Ou encore le titre très complet du manuscrit français du xve s. BnF 396 : Inventarium seu collectorium in parte cyrurgicali, seu (sic) medicine compilatum et completum anno Domino millesimo CCC° sexagesimo tercio, per Guidonem de Cailhiacio, cyrurgicum et magistrum in medicina, in praeclaro studio Montis Pessulani.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search