Interroger les marques de possesseur : la circulation des U 13-15 in-fol de la bibliothèque de médecine de Montpellier

Jean-Louis Bosc
CEMM – Université Montpellier 3

Le fonds ancien de la BIU Médecine de Montpellier compte six Opera omnia de Galien antérieures au XIXe siècle. Cinq ont appartenu à des médecins montpelliérains et/ou formés à Montpellier : à David Genestet et Henri Haguenot (1687-1775), une édition de Bâle de 1542 (Ea 12 in-fol) ; à Jean-Baptiste-Antoine Rast de Maupas (1732-1810), une édition de Venise de 1576-1577 (Ea 62 in-fol) : à Paul-Joseph Barthez (1734-1806), une édition de Bâle de 1538 (Ea 11 in-fol) et une édition de Venise de 1625 (Ea 13 in-fol) ; et, enfin, les Opera omnia portant l’ex-libris de Pierre Blondeau (U 13-15 in-fol). C’est la circulation de ces dernières jusqu’à Montpellier que je vais essayer d’éclairer.

Les Opera omnia des U 13-15 in-fol

Il s’agit d’une édition de Venise de 1560. Elle se compose de six tomes (volumes) répartis bizarrement sur trois cotes sans qu’une quelconque hétérogénéité le justifie : U 13 in-fol pour le tome 1, U 15 in-fol pour les tomes 2 à 5 et U 14 in-fol pour le tome 6. La cote U est une cote attribuée aux ouvrages entrés après 1885 (date d’édition du Catalogue de la Bibliothèque de la faculté de médecine de Montpellier établi par Richard Gordon). Au cas d’espèce, il s’agit d’un don daté de 1978 – si l’on suit l’indication du catalogue manuscrit des
U in-folio1.

Le contenu de ces Opera omnia de Galien est assez classique : aux livres introductifs (libri isagogici) succède le corps des oeuvres réparties en sept classes, auquel s’ajoutent quelques livres d’attribution fausse (Galeno ascripti libri spurii) et trois livres d’Oribase.

Un ex-libris de Pierre Blondeau

L’ex-libris « Blondeau » ne figure que sur le tome 2 – en bas de la page de titre :

Il y eut un Pierre Blondeau, originaire de Nevers, qui fut immatriculé à partir de 1626 à Montpellier où il prit le doctorat en 1627. Il mourut à Paray-le-Monial (diocèse d’Autun) où il exerçait la médecine. On a de lui, publié à Lyon en 1632 : Traité contenant les causes et
raisons qui ont mû Pierre Blondeau, médecin de Montpellier, à présent demeurant à Parayle- Monial, de sortir de l’Église Prétendue-Réformée, pour se ranger à l’Église Catholique, Apostolique et Romaine (Abbé Papillon, Bibliothèque des auteurs de Bourgogne, Dijon, 1745). La comparaison de la signature ci-dessous, figurant au bas de son acte d’immatriculation à Montpellier, le 5 mai 16262, avec l’ex-libris du tome montre qu’il s’agit bien du même Pierre Blondeau.

Cette identification faite, je pouvais retenir l’ouvrage (le tome 2) comme ayant appartenu à un médecin montpelliérain.

L’ex-libris de Jean Chatin

L’ex-libris de Pierre Blondeau se trouve sur une bande de papier qui masque un ex-libris antérieur. On trouve cette bande de papier masquant cet ex-libris antérieur au bas de la page de titre de chacun des six tomes. Il était intéressant de le déchiffrer pour en savoir plus sur la circulation de l’ouvrage.

L’écriture était difficilement lisible à travers la bande de papier (ci-dessous en haut, le tome 5), mais ce qu’elle laissa finalement deviner se révéla l’ex-libris de Jean Chatin (Chatinus)3, présent aussi sur treize ouvrages patrimoniaux de la médiathèque de Roanne (ci-dessous en
bas, le R2A 926).

Les treize ouvrages de Roanne sont, comme les six de Montpellier, des éditions du XVIe siècle. Mais, contrairement aux ouvrages de Montpellier, aucun n’est un ouvrage de médecine. Sur quatre ouvrages, « Charilolugdunensis » est remplacé par « Charilocensis » ; les deux fois où le terme « medicus » y est accolé, c’est le premier terme qui est utilisé. Sur dix ouvrages, l’ex-libris est associé à un autre ex-libris : en latin « Ad usum Capucinorum Cariloci » et, dans un cas, en français « A l’usage des Capucins de Charlieu ». Ces dix ouvrages ont dû, à la mort de Jean Chatin, être donnés aux Capucins de Charlieu – au surplus, on lit sur l’un d’eux, une Bible, « Chatini Charilocensis presbyteri ». Enfin, sur six ouvrages, l’ex-libris est suivi d’une date, et ces dates s’étagent entre 1587 et 1635.

Il est évident que les trois termes « Charilolugdunensis », « Charilocensis » et « Cariloci » renvoient à Charlieu (diocèse de Lyon), localité à laquelle est associé le nom de Jean Chatin4. Celui-ci dut être actif entre 1587 et 1635. Il fut médecin, peut-être à Lyon, d’où le terme « Charilolugsunensis ». Il fut aussi, semble-t-il prêtre.

La circulation des U 13-15 in-fol

Le tome 2 est le seul qui porte l’ex-libris de Pierre Blondeau, mais celui-ci peut avoir disparu des autres tomes. De plus, le fait que les six tomes ayant appartenu à Jean Chatin se retrouvent ensemble à Montpellier plaide pour une circulation « groupée ». Le Charlieu de Jean Chatin et le Paray-le-Monial de Pierre Blondeau ne sont séparés que de 50 km. Il y a une proximité géographique qui, ajoutée à la proximité temporelle (premier tiers du XVIIe siècle), peut expliquer que Pierre Blondeau ait possédé ces Galien à la suite de Jean Chatin.

Les six tomes portent de nombreuses annotations marginales, apparemment de deux mains différentes. Elles ne semblent pas de la main des deux possesseurs identifiés ; elles sont en latin et très abrégées (notamment pour l’une des mains), ce qui les situerait plutôt au XVIe siècle, antérieurement aux deux possesseurs. Ces annotations ont été rognées lorsqu’au XVIIIe siècles les Galien ont été dotés de la reliure actuelle.

Entre Pierre Blondeau et l’entrée des six tomes en 1978 au fonds ancien de la bibliothèque de médecine de Montpellier, nous n’avons aucune information sur les autres possesseurs, notamment sur l’auteur du don. En fait, il n’y a aucune relation de cause à effet obligatoire entre la formation montpelliéraine de Pierre Blondeau et le don des Galiens à la bibliothèque de Montpellier. On ne peut l’exclure, mais il est fort possible que les deux choses n’aient rien à voir entre elles.

1 Il est possible qu’il s’agisse d’ouvrages entrés plus tôt et cotés seulement en 1978.
2 Archives de la Faculté de médecine de Montpellier, S. 20, fol. 198v.
3 Je tiens les informations qui suivent d’un échange avec Christine Henry, responsable du secteur Patrimoine à la médiathèque de Roanne.
4 « Jean Chatin de Charlieu » est cité par Claude Longeon, Une province française à la Renaissance : la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, 1975, p. 274.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search