Histoire du patrimoine scientifique de Montpellier (Moyen Âge – époque moderne)

Elsa Marguin-Hamon
Conservateur aux Archives Nationales

Histoire du patrimoine scientifique de Montpellier
(Moyen Âge – époque moderne)
L’apport des Archives nationales – quelques pistes

Les sources et les ressources documentaires principales renseignant l’histoire du patrimoine scientifique de Montpellier se trouvent conservées dans des institutions locales : bibliothèque de l’école de médecine, archives anciennes de l’université aujourd’hui conservées aux Archives départementales…
Cependant, on peut trouver des sources complémentaires aux Archives nationales. Pour rappel, l’institution conserve tout à la fois les documents produits par l’Etat central depuis le Moyen Age, mais aussi des papiers de diverses origines, dont privées, saisis ou collectés pour certains à date ancienne, ainsi que les fonds des notaires parisiens. Ils intéressent l’histoire du patrimoine scientifique de Montpellier sous trois aspects principaux :
– Celui de la prosopographie et d’une histoire des réseaux socio-professionnels (XVIe-XVIIIe siècles), largement renseignées par divers ensembles documentaires permettant de cerner le rayonnement, l’ère d’influence de la faculté de Montpellier à travers le parcours de ses ressortissants et leur position dans la capitale et dans certains milieux proches de la cour et du roi.
– Celui d’une histoire intellectuelle, qui envisage la nature des enseignements, des programmes, des mémoires et de la bibliographie disponible au travers de sources privées.
– Celui d’une histoire institutionnelle, qui étudie la gestion et de l’organisation par l’Etat central des institutions d’enseignement sous la Révolution et l’Empire, mais dont les sources font état de la situation administrative, réglementaire et matérielle qui précède les réformes alors mises en œuvre.

1. Histoire et prosopographie des docteurs de la faculté de médecine de Montpellier à Paris sous l’Ancien Régime (site de Paris)

– Les ressources des registres des insinuations du Châtelet
Ces ressources intéressent principalement l’histoire des liens familiaux, socio-professionnels et des réseaux de solidarité dans lesquels sont impliqués les docteurs montpelliérains à Paris sous l’Ancien Régime.
Elles permettent de mesurer l’influence et le rayonnement de ces diplômés, leurs liens avec les médecins du roi.

Quelques exemples d’actes qui intéressent cette histoire prosopographique des docteurs en médecine de Montpellier à travers les fonds du Châtelet de Paris :

Châtelet de Paris, registre des insinuations Y//191

Vespasien Robin, herboriste ordinaire du Roi (c’est celui qui introduisit en France le Robinier ou Faux-Acacia. Le premier arbre de cette espèce importé dans notre pays existe encore (1905) au Jardin des Plantes de Paris, dont Vespasien Robin était directeur, et où il le planta), demeurant au faubourg Saint-Victor lez Paris, grande rue dudit lieu, devant le Jardin Royal, paroisse Saint-Médard : donation à Nicolas Robin, docteur en médecine de la faculté de Montpellier, demeurant mêmes rue et paroisse, d’une maison et jardin au faubourg Saint-Victor lez Paris, ayant issue et entrée sur la Vieille rue Saint-Jacques.
Notice n° 2872
Date de l’acte : 25 juillet 1654

Châtelet de Paris, registre des insinuations Y//199
fol. 63 V°
Description
Valérien de Flavigny, prêtre, docteur en théologie de la société de Sorbonne, professeur du Roi en langue hébraïque et doyen des professeur du Roi au collège Royal de France, demeurant à Paris, en ladite Sorbonne : donation sous certaines conditions, à Anne Maurice, femme de Jean Rivière, bourgeois de Paris, demeurant Vieille rue Saint-Jacques au faubourg Saint-Victor, d’une maison à Paris, située en ladite Vieille rue Saint-Jacques, audit faubourg Saint-Victor, laquelle maison lui appartient en vertu de l’acquisition qu’il en a faite de Nicolas Robin, docteur en medecine de la faculté de Montpellier (ce Nicolas Robin était le neveu de Vespasien Robin, demonstrateur des plantes médicinales, du jardin du Roi, l’importateur en France, du Robusier ou faux-acacia)
Notice n° 4206
Date de l’acte : 1 septembre 1660

Y//232
fol. 254 V°
Description
Nicolas du Cerf, docteur en l’université de médecine de Montpellier, fils de feu Nicolas du Cerf, médecin spagirique du Roi, et Marie Coignet : contrat de mariage.
Notice n° 1046

– Les actes du minutier central des notaires de Paris (contrats de mariage, testaments, inventaires après décès) renseignent sur la situation, le niveau social et les stratégies d’alliance (en particulier matrimoniales).

– Les fonds notariés
Comme les fonds du Châtelet, ils renseignent assez précisément le jeu d’alliances et la condition des docteurs établis à Paris.

Exemple :
MC/ET/C/45 (Etude Cothereau)
Joachim de Psallon, docteur en médecine en la faculté de médecine en l’Université de Montpellier, logé à Saint-Germain-en-Laye, au château, il est aussi conseiller et premier médecin de la Reine. Acquisitions de terres à Peysieu, dans les Dombes. Autre acte du même jour, vente.3 actes
27 février 1553

– Les provisions d’offices et brevets – actes émanés de la secrétairerie de la Maison du roi (O1)
La série O1 permet d’obtenir des informations sur les charges qui sont attribuées au nom du roi aux représentants de diverses catégories professionnelles, dont les démonstrateurs et médecins travaillant au sein d’institutions royales.

Exemples :
O/1/54 , fol. 117
JUSSIEU (Antoine) docteur en médecine de la faculté de Montpellier, bachelier de celle de Paris : provisions de démonstrateur des plantes médicinales, en remplacement de Joseph Pitton de Tournefort, décédé.
10 août 1710

O/1/66 , fol. 339
JUSSIEU (Bernard) docteur en médecine de la Faculté de Montpellier. Provisions de sous-démonstrateur de l’extérieur des Plantes du Jardin des Plantes.
30 sep. 1722

O/1/128 , fol. 116
LAMAYRAN DE LASTOURS (sieur) brevet d’adjonction et de survivance de la place de Médecin de la Charité de Versailles pour le …, Docteur en Médecine de la faculté de Montpellier.
17 mai 1785

– Parlement de Paris, Jugés
Les fonds judiciaires sont toujours très largement utiles, puisqu’ils renseignent assez précisément les conditions sociales des gens et leur état.

Exemple : X/1a/6 , 732
Le procureur du Roi et maître Barthélemy de Bruges, maître en médecine et régent à l’Université de Montpellier. – Maître Étienne du Fresne, maître en médecine.
M/e/ Étienne est absous de l’accusation de vol et abus de confiance commis au préjudice de m/e/ Barthélemy pendant son voyage à la cour, où le Roi l’avait appelé pour soigner des princes du sang.
319 v°.

2. Fonds complémentaires renseignant l’histoire de l’enseignement à la faculté de médecine de Montpellier à l’époque moderne (sites de Paris et de Pierrefitte)

Il ne s’agit pas exclusivement de fonds privés. Des mémoires produits dans le cadre d’une mission ou d’un office publics peuvent se trouver dans des fonds issus des administrations centrales. Mais bien entendu, les collections thématiques et les papiers d’érudits entrés par divers canaux aux Archives nationales sont parmi les plus précieux concernant l’histoire de la médecine, savoirs et techniques.

– Société royale d’agriculture, Comité d’agriculture et de commerce de l’Assemblée nationale. (1771-1792)
Mémoires et rapport F/10/222, dont :
Marsillac, docteur en médecine à Montpellier, « Mémoire sur la préparation des orchis… », s.d., 11 p. (« Trim. d’été 1791 ») [185].
Guilbert fils, bachelier en médecine de la faculté de Paris, de la Société philomathique, « De la nécessité et des moyens de favoriser l’établissement des ruches dans tous les départements du royaume », s.d. [lu le 21 novembre 1791], 6 p. [195].

– Collection privée d’imprimés – exemples :
Collection Lantz sur l’histoire de l’éducation
AD/XXIb/282
Mémoire justificatif des étudiants en médecine de la faculté de Montpellier
Montpellier : chez Jean Martel, 1819
52 p. ; 8°
AD/XXIb/14
Bonnet-Cathala, Arnaud
« Coup-d’œil rapide sur l’éducation physique des enfans ; présenté et publiquement soutenu à la Faculté de Médecine de Montpellier, le 23 avril 1817 ; par Arnaud Bonnet-Cathala, natif de Montoulieu, département de l’Aude. Pour obtenir le titre de docteur en médecine »
Montpellier : chez Jean Martel Ainé, 1817
23 p. ; 4°
Broché, couverture muette récente, bandeau gravé sur cuivre au départ du texte

– Papiers d’érudits : AB/XIX/3038 , Dossier 11
Documents concernant notamment : Hugues de Salins ; Claude Morel ; Gabriel-Nicolas de la Reynie.
1616-1660
Lettres de licence en la faculté de médecine de Montpellier obtenues par Hugues de Salins, de Beaune. Décembre 1616.
S’ajoutent à ce dossier des pièces intéressant davantage l’histoire sociale et la prosopographie des médecins :
Vente par Claude Morel, chirurgien à Paris, et Anne Baschelot, sa femme, à Gabriel-Nicolas de la Reynie, lieutenant de police, d’un jardin rue de Grenelle, faisant partie de la censive de l’abbé de Saint-Germain-des-Prés. 12 novembre 1660.

3. L’école de médecine de Montpellier, sa réorganisation et ses transformations sous la Révolution et l’Empire à travers les fonds des Archives nationales (site de Pierrefitte)

Ces mutations institutionnelles concernent, certes, la période révolutionnaire et post-révolutionnaire. Cependant, les sources font souvent état des situations existantes – état de la réglementation antérieure, des bâtiments, des pratiques professionnelles. A ce titre, elles peuvent intéresser l’histoire de l’institution avant la Révolution.

– Réglementation relative aux écoles de médecine à la Révolution :
AJ/16/6306
Rapports, décrets et arrêtés relatifs aux écoles de santé de Paris, Strasbourg et Montpellier
An III [1794]-an V [1796]

– Bâtiments civils – la faculté de médecine de Montpellier sous l’Empire :
F/13/1716/ 7
Ecole de médecine de Montpellier. Jardin botanique : règlement de travaux exécutés sur ordre d’Auguste Broussonnet pendant les ans X à XII et dont il avait avancé une partie des dépenses ; lettre d’Augustin de Candolle (15 avril 1808), son successeur, qui expose la situation et demande que la fille et héritière de Broussonnet ne soit pas chargée de cette dette..- Travaux à l’amphithéâtre de l’Ecole de médecine.- Projet de formations dans l’hôpital St-Eloi d’un établissement pour les cours d’accouchement. Plans dressés par M. Lagardette et M. Donnat (an XII-1807).

– Professions de santé (médecins, officiers de santé, chirurgiens-dentistes, pharmaciens). Certificats d’aptitude aux grades universitaires (1810-1905)
F/17/6084-F/17/6570
Description
Professions de santé (médecins, officiers de santé, chirurgiens-dentistes, pharmaciens). Certificats d’aptitude aux grades universitaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.