Histoire du patrimoine scientifique de Montpellier (Moyen Âge – époque moderne)

Elsa Marguin-Hamon
Conservateur aux Archives Nationales

Histoire du patrimoine scientifique de Montpellier
(Moyen Âge – époque moderne)
L’apport des Archives nationales – quelques pistes

Les sources et les ressources documentaires principales renseignant l’histoire du patrimoine scientifique de Montpellier se trouvent conservées dans des institutions locales : bibliothèque de l’école de médecine, archives anciennes de l’université aujourd’hui conservées aux Archives départementales…
Cependant, on peut trouver des sources complémentaires aux Archives nationales. Pour rappel, l’institution conserve tout à la fois les documents produits par l’Etat central depuis le Moyen Age, mais aussi des papiers de diverses origines, dont privées, saisis ou collectés pour certains à date ancienne, ainsi que les fonds des notaires parisiens. Ils intéressent l’histoire du patrimoine scientifique de Montpellier sous trois aspects principaux :
– Celui de la prosopographie et d’une histoire des réseaux socio-professionnels (XVIe-XVIIIe siècles), largement renseignées par divers ensembles documentaires permettant de cerner le rayonnement, l’ère d’influence de la faculté de Montpellier à travers le parcours de ses ressortissants et leur position dans la capitale et dans certains milieux proches de la cour et du roi.
– Celui d’une histoire intellectuelle, qui envisage la nature des enseignements, des programmes, des mémoires et de la bibliographie disponible au travers de sources privées.
– Celui d’une histoire institutionnelle, qui étudie la gestion et de l’organisation par l’Etat central des institutions d’enseignement sous la Révolution et l’Empire, mais dont les sources font état de la situation administrative, réglementaire et matérielle qui précède les réformes alors mises en œuvre.
Continuer la lecture de Histoire du patrimoine scientifique de Montpellier (Moyen Âge – époque moderne) 

L’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot

Jean-Louis Bosc                                                                                                                                                         CEMM – Université Montpellier 3

Sur l’illustration ci-dessous (tirée du Eb 156 in-4) figure, en haut, ce qui est d’ordinaire considéré comme l’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot (1687-1775). Ce médecin, originaire de Montpellier, y enseigna au sein de l’Université de médecine avant d’en devenir le doyen.

1

On trouve cet ex-libris collé sur tous les contre-plats supérieurs des ouvrages ayant appartenu à Henri Haguenot et ayant constitué le fonds initial de la bibliothèque de médecine de Montpellier. Une conservation déficiente et plusieurs épisodes malheureux, notamment les émeutes de 1494, avaient laissé au XVIIIe siècle l’Université dépourvue de bibliothèque. Aussi, en 1767, Haguenot avait-il fait don de sa bibliothèque à l’hôpital Saint-Éloi pour qu’elle soit mise à disposition des étudiants en médecine ; c’est cette bibliothèque qui constituera en 1794 l’amorce de celle de la nouvelle École de Santé, actuel fonds ancien de la BIU Médecine.

Le catalogue imprimé de cette bibliothèque de l’hôpital Saint-Éloi, daté de 1770, contient sous les rubriques proprement médicales, soit 4/5 du catalogue[i], 669 titres[ii] dont 537 pour lesquels les ouvrages correspondant ont été conservés. Parmi ces derniers, 431 correspondent à des ouvrages portant ce premier ex-libris, à savoir le fonds Haguenot s.s., le reste correspondant à des ouvrages donnés par Jean-Baptiste-Antoine Rast de Maupas (98 titres) et des ouvrages issus de provenances autres (8 titres). Mais tous les ouvrages correspondant aux 537 titres portent un second ex-libris imprimé, celui qui figure en bas de l’illustration. Sa légende « Ex bib. Haguenotiana in nosoc. monsp. deposita » surmonte, à gauche, l’écu qui est au centre du premier ex-libris et, à droite, un autre écu portant les armoiries de Montpellier et entouré par la légende « Hotel Dieu St Eloy de Montp. »

Cet ex-libris est postérieur au premier, puisque souvent le chevauchant. Sa présence sur 1050 titres médicaux de l’actuel fonds ancien de la BIU Médecine témoigne qu’il était vraiment l’ex-libris, l’ex-bibliotheca, de cette bibliothèque de l’hôpital Saint-Éloi, baptisée « Haguenotiana » en l’honneur de son fondateur. Continuer la lecture de L’ex-libris imprimé d’Henri Haguenot 

Patrimoine intellectuel à Montpellier

Le patrimoine intellectuel montpelliérain est sous-étudié, voire ignoré des chercheurs montpelliérains. C’est de ce constat qu’est issu le présent programme de valorisation. En collaboration étroite avec l’Université de Montpellier II mais aussi avec les bibliothèques universitaires montpelliéraines, le groupe, constitué d’enseignants-chercheurs des plusieurs universités et champs disciplinaires différents, se propose d’étudier les textes scientifiques conservés à Montpellier à travers les inter-relations entre l’écrit et l’image (illustrations, dessins, marques de lectures, marques de possessions etc.). Il s’agit donc d’une démarche de valorisation de l’objet livre (ou manuscrit) qui fera l’objet d’expositions virtuelles dont les carnets permettront de mieux faire connaître le patrimoine scientifique de la ville. Le groude de recherche est constitué de B. Bakhouche (UPV, histoire des sciences de l’Antiquité à la Renaissance), É. Berriot-Salvadore (UPV, littérature du XVIe siècle), J.-L. Bosc (thèse sur les auteurs andalous dans les textes médicaux du Moyen Âge en co-tutelle D. Le Blévec et Chr. Picard), Geneviève Dumas, (Université de Sherbrooke (histoire des sciences et des techniques médiévales, la médecine à Montpellier), Daniel Le Blévec (UPV, religion, assistance et médecine médiévales dans le Midi de la France), Mylène Pradel-Baquerre (UPV, docteur en études grecques et latines).